REPORT DE LA CLÔTURE DE L'INTERNET AUCTION MONNAIES AU 3 AOÛT 2021.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fme_447734 - QUATRIÈME RÉPUBLIQUE Plaquette de la fédération des Anciens de la Rhénanie

QUATRIÈME RÉPUBLIQUE Plaquette de la fédération des Anciens de la Rhénanie TTB+
190.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Plaquette de la fédération des Anciens de la Rhénanie
Date : 1950
Nom de l'atelier/ville : Allemagne, Rhénanie
Métal : bronze
Diamètre : 86,7 mm
Graveur : DELANNOY Maurice (1885-1972)
Poids : 207 g.
Tranche : lisse
Commentaires sur l'état de conservation :
Superbe plaquette avec une patine brune, plus sombre autour des reliefs

Avers


Titulature avers : KEHL / MAYENCE / COBLENCE // 1918 - 1930.
Description avers : Femme casquée et armée.

Revers


Titulature revers : FÉDÉRATION DES / ANCIENS DE LA / RHÉNANIE ET / DE LA RUHR // A / ROBERT HOLVECK / 1850.
Description revers : Légende en 4 lignes au-dessus d’un médaillon et en 3 lignes à l’exergue.

Commentaire


En mars 1920 débute un soulèvement par les communistes dans la région de la Ruhr en réponse au putsch de Kapp. Ce dernier prend fin lors de l'intervention de la Reichswehr, armée de la république de Weimar. En mars 1921, les troupes françaises et belges occupèrent la région de Duisbourg, une partie de la Rhénanie démilitarisée en vertu du traité de Versailles. En janvier 1923, le reste de la région fut occupé en représailles des retards de paiement de l’Allemagne concernant les énormes réparations exigées lors du traité de Versailles. Le gouvernement allemand de la jeune république de Weimar riposta par la « résistance passive », le fameux Ruhrkampf. Les mineurs et les cheminots refusèrent d’obéir aux ordres des forces occupantes, paralysant la production et les transports. Mais les conséquences financières furent désastreuses et contribuèrent largement à l’hyperinflation qui ruina complètement les finances publiques allemandes et traumatisèrent durablement les Allemands en 1923. L’appel à la résistance passive fut donc levé par le gouvernement de Gustav Stresemann en septembre 1923. La fin de la résistance passive permit au gouvernement allemand de négocier le plan Dawes et d’obtenir ainsi le retrait des troupes étrangères en 1925. Par la suite, les incidents et actes de sabotage perpétrés lors de l’occupation de la Ruhr seront largement exagérés et récupérés par la propagande nazie. .

Historique


QUATRIÈME RÉPUBLIQUE

(16/01/1947-8/01/1959)

Se caractérisant par un régime parlementaire doublé d'une grande instabilité ministérielle, la Quatrième République a pour particularité de n'avoir jamais été officiellement proclamée. En effet, De Gaulle, lors de son arrivée à Paris le 25 août 1944, refuse de le faire sous prétexte que la République n'avait jamais cessé d'exister. Considérant que l'État français du maréchal Pétain n'était qu'un simple état de fait, il estime que la République a survécu dans la France libre et son acte de naissance doit alors être le 18 juin 1940. Toutefois, son départ, le 20 janvier 1946, et le référendum du 13 octobre 1946 approuvant une nouvelle Constitution, marquent le début officiel de cette république. Elle connaît deux présidents : Vincent Auriol (16/01/1947 - 23/12/1953) et René Coty (23/12/1953 - 8/1/1959). La crise ouverte causée par la révolte de l'armée d'Algérie entraîne, en 1958, sa chute qui est confirmée par l'adoption d'une nouvelle constitution le 28 septembre 1958. Néanmoins, elle ne cesse définitivement d'être que le 8 janvier 1959 lors de l'installation du général de Gaulle comme président de la Ve République.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com