+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fme_731527 - PHILIPPE VI DE VALOIS Médaille, Reproduction du Parisis d’or

PHILIPPE VI DE VALOIS Médaille, Reproduction du Parisis d’or SUP
75.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Médaille, Reproduction du Parisis d’or
Date : 06/05/1349
Date : 1973
Nom de l'atelier/ville : Monnaie de Paris
Quantité frappée : 500
Métal : cuivre
Diamètre : 27 mm
Poids : 91,28 g.
Tranche : lisse + corne CUIVRE + 1973 + N°211/500
Poinçon : corne CUIVRE
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
Patine hétérogène, des marques d’usure sur certains reliefs
Référence ouvrage :
C.-  - L.-  - Dy.248

Avers


Titulature avers : + PHILIPPVS: DEI - ..GRA.. - FRANCORVM: REX, (PONCTUATION PAR DEUX SAUTOIRS SUPERPOSÉS).
Description avers : Philippe VI assis dans une stalle gothique, couronné, tenant de la main droite le sceptre et de la gauche la main de justice, les pieds posés sur deux lions couchés.
Traduction avers : (Philippe, roi des Francs par la grâce de Dieu).

Revers


Titulature revers : + XP'CX VINCITX XP'CX REGNATX XP'C: INPERAT, (N DE REGNAT ET INPERAT RÉTROGRADES, PONCTUATION PAR DEUX SAUTOIRS SUPERPOSÉS).
Description revers : Croix quadrilobée et fleuronnée, dans un double quadrilobe orné de feuilles et cantonnée de quatre trèfles sans queue.
Traduction revers : (Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande).

Historique


PHILIPPE VI DE VALOIS

(01/04/1328-22/08/1350)

Né en 1293, âgé de 35 ans lors de son avènement au trône, en mai 1328, Philippe était le fils de Marguerite de Sicile et de Charles de Valois, dont on put dire qu'il avait été fils, frère, oncle, gendre de roi et jamais roi lui-même. D'autres prétentions s'élevaient cependant à la couronne de France : celles de la maison de Navarre, héritière des droits de Jeanne, fille de Louis X, celles d'Édouard III, héritier des droits de sa mère, Isabelle de France, fille de Philippe le Bel. Édouard III prêta hommage à Philippe VI à Amiens en juin 1329. Cependant, dans les années suivantes, les incidents se multiplièrent. La guerre d'Édouard contre le roi d'Écosse David Bruce tint quelques temps l'Anglais éloigné de la Guyenne et Philippe, en 1336, descendit en Avignon. Sa flotte se préparait à opérer en Méditerranée. L'année suivante, retournement de situation : la flotte passa en mer du Nord. La guerre semblait proche. À la Toussaint 1337, l'évêque de Lincoln, Henri Burgersh, vint à Paris : il annonça la rupture de l'hommage prêté à Amiens, la remise en cause de la succession de France et la déclaration de guerre. Les Pays-Bas prirent parti pour l'Angleterre, le comte de Luxembourg et roi de Bohême, Jean l'Aveugle, se rangea aux côtés de la France, Alphonse XI également. En janvier 1338, la Flandre s'insurgea contre Louis de Nevers et Jan van Artevelde, capitaine de Gand, prit le gouvernement du comté. L'année suivante, le comte de Flandres se réfugiait à Paris. Les Flamands reconnurent Édouard pour roi. Édouard III prit alors le titre de roi de France et prit les armes mi-parti de France et d'Angleterre. Le 24 juin 1340, les flottes française et anglaise se rencontrèrent au large des côtes de Bruges, près de l'avant-port de L'Écluse. La défaite totale des Français donna à Édouard la maîtrise de la mer. Une trêve fut conclue à Espléchin en septembre suivant. La guerre reprit en 1345. Un débarquement d'Édouard en Flandre fut sans lendemain. En 1346, Jean, fils de Philippe, duc de Normandie, attaquait la Guyenne et mit le siège devant Aiguillon. Cependant, en juillet 1346, Édouard débarquait en Cotentin et ravagea la Normandie. Philippe se lança à sa poursuite : les deux armées s'affrontèrent à Crécy, le 26 août 1346. Nouvelle et complète victoire des Anglais, pourtant inférieurs en nombre. Philippe s'enfuit ; plusieurs de ses grands vassaux tombèrent sur le champ de bataille. En 1347, Édouard prit Calais et y établit une garnison. Dans le même temps, une complexe guerre de succession dévastait la Bretagne, où le parti anglais eut longtemps le dessus. Seul succès du règne : l'acquisition du Dauphiné de Viennois, cédé au fils aîné du duc de Normandie par Humbert II en 1349. À sa mort, en 1350, Philippe laissait un royaume et une dynastie également ébranlés.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com