+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bmv_227614 - ROYAUME FRANC DE BOURGOGNE, BURGONDES Triens à la victoire à droite, C dans le champ

ROYAUME FRANC DE BOURGOGNE, BURGONDES Triens à la victoire à droite, C dans le champ TTB/TB
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet (2011)
Prix : 900.00 €
Type : Triens à la victoire à droite, C dans le champ
Date : VIe siècle
Nom de l'atelier/ville : 71 - Chalon-sur-Saône
Métal : or
Diamètre : 13,5 mm
Axe des coins : 5 h.
Poids : 1,41 g.
Degré de rareté : R3
Commentaires sur l'état de conservation :
Triens en bon or, frappé sur un flan un peu court. Droit de frappe vigoureuse, avec le brillant de frappe. Mais revers un peu mou comme issu d’un coin usé, et un peu décentré
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : D N ANASTA - SIVS PP AV.
Description avers : Buste diadémé, drapé d'Anastase à droite.

Revers


Titulature revers : LÉGENDE DÉGÉNÉRÉE [VICT]ORIA CCCAV // [CONOB].
Description revers : Victoire stylisée, marchant à droite, sur une ligne d’exergue, tenant une couronne et une palme ; un C dans le champ, derrière la victoire.

Commentaire


Les imitations de solidus et de triens au nom d’Anastase sont parmi les premières monnaies considérées comme mérovingiennes. Dans le chapitre II du Belfort “Monnaies d’or imitées d’Anastase”, les sols d’or sont classés selon les lettres rajoutés dans le champ du revers (A, AB, AI, AL, D, I, II, L, M, MB, N, P, AP, PA, R, RA, RO, S, T et V). Il serait tentant d’interpréter ces lettres comme les initiales des ateliers ayant frappé ces sous...
Les triens sont classés selon la même méthode (A, CA, CN, D, Delta L, G, L rétrograde, LV, M, P, P rétrograde, S , V et VB).

Notre exemplaire présente ce qui semble être un C derrière la victoire. Aucun des triens B. 5116 à 5143 n’y correspond !
L’exemplaire n° 180 de Cambridge a quant à lui ce même petit C. Cet exemplaire est d'ailleurs repris pour illustrer le n° 643 de W. J. Tomasini (NNM n° 152, 1964). C’était le seul exemplaire avant que P. Crinon ne publie le n° 14 de la vente du 10 juin 2010. L’exemplaire, de très belle qualité, provient de M. Pesce à Lyon. Considéré comme unique, cet exemplaire a été publié en avant-propos du catalogue, “Quelques monnaies inédites de cette vente et propositions d’attribution”.

A propos de l’exemplaire n° 14 de sa vente, issu des mêmes coins de droit et de revers que l’exemplaire proposé ici, P. Crinon écrivait ce qui suit ;

“Tremissis de l’époque de GONDEBAUD (473-516), émis après 507.
Ce tremissis, décrit sous le n°14 de la Collection d’un Amateur Bourguignon, pèse 1,37g, il est au nom d’Anastase et comporte la particularité de posséder une lettre C dans le champ, derrière la Victoire. Il était inconnu jusqu’ici. Il est de style burgonde typique, avec un buste similaire à celui des exemplaires n° 10 et suivants ; il a été émis à l’époque de Gondebaud. A partir de cette date Clovis (roi des Francs) place des lettres d’atelier au revers de ses monnaies. Gondebaud a probablement procédé de la même manière. Le buste est identique sur une série de monnaies burgondes à la titulature d’Anastase se terminant par PRFAV (pour perpetuus felix augustus).
Au revers la Victoire vêtue d’une longue robe est caractéristique. A partir de 507, les rois burgondes – et Gondebaud le premier - ajoutent un monogramme de leur nom dans le champ du revers. Certains exemplaires présentent un globule aux pieds de la Victoire. Lafaurie à mis en ordre ces monnaies et a attribué à Lyon ceux qui se caractérisent par le globule. On ne connaissait pas de tremissis de Gondebaud attribuable à un autre atelier identifié. La présence d’une lettre C ne peut convenir qu’à Chalon-sur-Saône. D’ailleurs Lafaurie illustre un autre tremissis, frappé sous Sigismond (516-524) au nom de l’empereur Justin Ier, avec les lettres S et I de part et d’autre de la légende du revers, et une lettre C devant la Victoire ; ce tremissis a été frappé au moment de la campagne des Francs qui aboutit à la capture de Sigismond (1). Notre exemplaire est d’un style similaire aux exemplaires précédents attribués à Gondebaud et possède cette lettre que l’on retrouve sous Sigismond. Cette monnaie précède les pièces au monogramme du roi et est certainement postérieure à 507.”

cf. Vente ALDE du 14 juin 2010, Collection d’un Amateur Bourguignon. Commissaire-priseur, Jérôme Delcamp - expert P. Crinon.


L’exemplaire proposé ici serait donc le troisième connu après le n° 180 de Cambridge et le n° 14 de la vente Crinon du 14 juin
.

Historique


ROYAUME FRANC DE BOURGOGNE, BURGONDES

(Fin VIe siècle)

Selon J. Lafaurie dans le catalogue du musée de Lyon, au cours de cette période 550/575 encore mal définie, sont frappées en très grande quantité des triens dont les types sont dérivés des monnaies frappées en Italie par les Byzantins à Ravenne, prise aux Ostrogoths en mai 540. Les frappes sont d'abord assez proches de leurs prototypes : au droit, buste diadémé à droite, le diadème fermé derrière la tête par un nœud à deux pendants, vêtu d'une chlamyde, de style assez réaliste ; au revers, Victoire allant à droite, le buste de face et la tête tournée vers la gauche. Elle tient de la main droite une couronne avec deux pendants, de la main gauche un globe crucigère.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com