Réouverture au public du lundi au samedi de 10h à 16h à compter du 11 mai.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_254168 - PONTS ET CHAUSSÉES PERCEMENT DU PREMIER TUNNEL DU LOETSCHBERG OU LÖTSCHBERG 1911

PONTS ET CHAUSSÉES PERCEMENT DU PREMIER TUNNEL DU LOETSCHBERG OU LÖTSCHBERG SUP
240.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : PERCEMENT DU PREMIER TUNNEL DU LOETSCHBERG OU LÖTSCHBERG
Date : 1911
Métal : argent
Diamètre : 36 mm
Axe des coins : 12 h.
Tranche : lisse
Poinçon : losange ARGENT
Degré de rareté : R2
Commentaires sur l'état de conservation :
Remarquable travail de gravure, très novateur pour l’époque

Avers


Titulature avers : NOVBRE 1906 / AVRIL 1911 .
Description avers : Quatre mineurs se congratulant au percement final du tunnel signé René Grégoire 1911.

Revers


Titulature revers : AUX COLLABORATEUR ET OUVRIERS DU TUNNEL DU LŒTSCHBERG , LONGUEUR 14536 M.
Description revers : Sept ouvriers manipulant une foreuse hydraulique allant à gauche.

Commentaire


Ce tunnel qui relie en Suisse les cantons de Berne et du Valais est présenté à http://fr.wikipedia.org/wiki/Tunnel_du_L%C3%B6tschberg mais il a récemment été doublé par un nouveau tunnel du même nom, mais de 34,6 kilomètres de long, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Tunnel_de_base_du_L%C3%B6tschberg.

Historique


PONTS ET CHAUSSÉES

La Monarchie française avait caressé de longue date le projet d'assurer la construction des voies de circulation qui relevaient ordinairement de la compétence des autorités locales, provinces, seigneurs ou communautés. Pour des raisons essentiellement financières, le projet n'aboutit vraiment qu'en 1716 avec la création d'un corps hiérarchisé, sur le modèle du corps du Génie militaire, responsable des fortifications, qui avait été organisé quelques vingt-cinq ans auparavant. Initialement, le corps des Ponts et Chaussées comprend un inspecteur général, un architecte premier ingénieur, trois inspecteurs généraux et vingt-et-un ingénieurs, qui doivent concevoir et réaliser des routes et des ouvrages d'art avec de sous-ingénieurs recrutés par leurs soins. La tâche qui leur est confiée correspond à un infléchissement notable des priorités de l'Etat.
En 1716, Louis XIV est mort depuis près d'un an, laissant la France épuisée par de longues années de guerre. Aux préoccupations de grandeur militaire succède presque immédiatement la recherche de la puissance économique qui doit être atteinte en facilitant le commerce au moyen d'infrastructures de transport plus nombreuses et plus sûres. Offrant des possibilités de desserte plus ramifiée que les rivières et les canaux, les routes vont faire l'objet d'investissements répétés de la part de l'Etat, permettant aux ingénieurs des Ponts d'apparaître comme les serviteurs privilégiés de ses desseins économiques.
Texte extrait de l'excellent : http://www.enpc.fr/enseignements/Picon/CorpsPC.html.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com