Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bpv_173788 - MACRIN Tétradrachme syro-phénicien

MACRIN Tétradrachme syro-phénicien TB+
280.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Tétradrachme syro-phénicien
Date : 217-218
Nom de l'atelier/ville : Aradus, Phénicie
Métal : billon
Diamètre : 25 mm
Axe des coins : 1 h.
Poids : 11,50 g.
Degré de rareté : R3
Commentaires sur l'état de conservation :
Traces de corrosion à l’avers, fin de la légende disparue, revers bien venu
Référence ouvrage :

Avers


Description avers : Tête laurée de Macrin à droite, vu de trois quarts en avant, l’un des deux rubans de la couronne laurée descendant sur l’épaule (O*).
Légende avers : AU KAI. M. OP SE. MAKRINOS S, (Autokratoros Kaisaros Markos Opellios Seuhros Makrinos Sebastos).
Traduction avers : (L’empereur césar Marc Opel Sévère Macrin auguste).

Revers


Description revers : Aigle debout à droite, les ailes déployées, la tête et la queue tournées à gauche, forme de couronne dans le bec ; entre les pattes de l’aigle, un protomé de taureau tourné vers la droite.
Légende revers : DHMARC EX UPATOS.
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne consul).

Commentaire


Cet exemplaire fait partie de la série à tête de taureau. Pour Macrin, le symbole n’est pas exactement présenté comme pour Caracalla mais de nouveaux graveurs sont apparus, chacun ne gravant que quelques coins, on ne peut donc rien conclure.
Les émissions attribuées à Arados sont très nombreuses et très variées. Il n’est pas exclu que plusieurs séries aient été indûment regroupées et la multiplicité des graveurs, tant pour les avers que les revers, ainsi que les différentes monnaies de présentation le laissent penser.
Pire, contrairement à l’habitude, il n’existe pas un type central à chaque série, largement frappé et retrouvé en quantité appréciable, mais de très nombreux types variés retrouvés chacun à quelques exemplaires. Ce type de répartition rappelle plus de petits ateliers qu’un atelier important. Pire, certains types de présentation rappellent directement d’autres séries mais sans qu’il soit techniquement possible de les y rattacher. Le Prieur 1229, par exemple, avec un Caracalla déifié au-dessus de l’aigle à l’avers et un dieu solaire radié (Aglibel ?) posé sur un croissant de lune au revers, renvoie sur le Prieur 1062, qui a un revers identique mais se trouve être un tétradrachme réformé d’Uranius Antonin.
Attribuer le Prieur 1229 à Emisa ? Impossible, le graveur des légendes est typique des séries attribuées à Aradus et rien dans la gravure ne rappelle les émissions attribuées à Emisa.
Bref, en attendant une hypothétique trouvaille providentielle, ou une mise au clair par liaisons de coins et de graveurs de toutes les monnaies attribuées à Aradus, cette attribution semble le moins mauvais choix.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, six exemplaires sont maintenant répertoriés, dont deux en musée, un à Paris, ex collection Seyrig, l’autre à Jerusalem, ex trouvaille de Capharnaum. Notre exemplaire est le 1242_006.

Historique


MACRIN

(11/04/217-8/06/218) Marcus Opellius Macrinus

Macrin est né en 164 à Cherchell en Maurétanie. Ce n'est pas un sénateur, mais un chevalier, d'origine indigène (maure). Il était procurateur de la "res privata" (caisse privée de l'empereur) de Caracalla puis préfet du Prétoire à partir de 212. Après l'assassinat de Caracalla le 8 avril 217, il est acclamé empereur le 11 avril. Il ne viendra jamais à Rome et reste à Antioche. Il fait diviniser Caracalla, mais exile Julia Domna qui se laisse mourir. Il prend le titre de Severus pour se rallier les partisans de la famille sévérienne et donne le prænomen d'Antoninus à son fils, Diaduménien, qui est promu césar. En essayant de se concilier tout le monde, il heurte l'armée qui regrette Caracalla. Des soldats, cantonnés à Émèse, proclament Élagabal le 16 mai 218. Vaincu en juin, Macrin s'enfuit. Apprenant la mort de Diaduménien, il tente de se suicider en se jetant de son char et est achevé par ses propres soldats.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x