+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_523495 - ARTILLERIE Louis de Crevant, duc de Humières, grand maître de l’Artillerie 1687

ARTILLERIE Louis de Crevant, duc de Humières, grand maître de l’Artillerie SPL
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet (2019)
Prix : 120.00 €
Type : Louis de Crevant, duc de Humières, grand maître de l’Artillerie
Date : 1687
Métal : cuivre
Diamètre : 27,5 mm
Axe des coins : 12 h.
Poids : 7,50 g.
Tranche : lisse
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
Magnifique patine de collection
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : LE MARECHAL DE HVMIERES.
Description avers : Armes de L. d'Humières..

Revers


Titulature revers : AVT SOLEM AVT FVLMINA ; À L'EXERGUE : 1687.
Description revers : Aigle s'envolant, abandonnant à terre un foudre..
Traduction revers : Soit le soleil, soit la foudre..

Commentaire


Gouverneur de Compiègne en 1646, en survivance de son père, Louis de Crevant est maréchal de camp en 1650 en Flandre. En 1660, il est gouverneur du Bourbonnais puis, protégé par Louvois, reste en Flandre entre 1667 et 1675. Il seconde Turenne et devient gouverneur de Lille et maréchal de France en 1668. En Hollande en 1675, il devient gouverneur du Hainaut puis Grand maître de l’artillerie en 1685 (il avait le droit de faire supporter ses armes par deux canons adossés avec leurs affûts au naturel, voyez le droit de ce jeton). Chevalier des ordres du roi en 1688, il devient duc et pair de France en 1690. Il se retire en 1691 et meurt à Versailles. Plus que ses succès, c’est son épouse, la belle et riche Louise Antoinette de la Châtre, dame du palais de la Reine qui passe pour avoir contribué à sa réussite.
Le 1er juillet 1690, Luxembourg l'emporte à Fleurus, Tourville à Bézeviers quelques jours plus tard. En août, c'est Catinat qui est victorieux à Staffarde.

Historique


ARTILLERIE

Avant Louvois, l'artillerie était confiée à des entrepreneurs civils qui fournissaient pour un prix donné les hommes et le matériel par pièce en batterie. Elle relevait d'un grand maître de l'artillerie, charge créée sous Charles VII, qui appartint à Sully de 1599 à 1610 ou au duc de la Meilleraye sous Richelieu. Avec Louvois, l'artillerie devient partie intégrante de l'armée et elle est protégée par le régiment des fusiliers du roi. Les grades dans l'artillerie étaient plus accessibles aux roturiers que dans les autres régiments, l'avancement y était donné aux mérites et aux talents. Jusqu'au XVIIIe siècle, le matériel laisse beaucoup à désirer avec différents calibres, différents affûts et différentes roues. L'uniformisation et la modernité de l'artillerie devra beaucoup à J.-B. de Gribeauval, inspecteur général de l'artillerie dès 1776. À la fin du XVIIIe siècle, l'artillerie française sera la première en Europe et cette supériorité expliquera les victoires de la Révolution.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com