+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fmd_233296 - Un décime Dupré, grand module 1797 Orléans F.129/10

Un décime Dupré, grand module 1797 Orléans F.129/10 TTB48
250.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Un décime Dupré, grand module
Date : An 5 (1796-1797)
Nom de l'atelier/ville : Orléans
Quantité frappée : 1074227
Métal : cuivre
Diamètre : 31,75 mm
Axe des coins : 6 h.
Poids : 21,80 g.
Tranche : maclée
Commentaires sur l'état de conservation :
Usure régulière de circulation sur les reliefs. Faiblesses de frappe dans les légendes et sur les grènetis. Un cran au droit et plusieurs au revers. Des restes du rouge d’origine et jolie patine
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de MONNAIES 40, Collection Platoad, n° 377

Avers


Titulature avers : REPUBLIQUE FRANÇAISE..
Description avers : Tête de la République aux cheveux longs à gauche, drapée et coiffée d'un bonnet phrygien (Mesdames Tallien ou Récamier) ; au-dessous Dupré* en cursif.

Revers


Titulature revers : UN / DÉCIME..
Description revers : En deux lignes dans le champ, au-dessus de L’AN 5 suivi d'un point et de la lettre d'atelier R encadrés des différents, dans une couronne fermée composée de deux branches de chêne opposées nouées à leur base par un ruban.

Commentaire


Exemplaire de poids lourd. Cassure de flan à neuf heures au droit et à six heures au revers.
mo

Historique


DIRECTOIRE

(26/10/1795-9-10/11/1799)

Lors de la séparation de la Convention, le 25 octobre 1795, un nouveau pouvoir exécutif prévu par la constitution thermidorienne se met en place. Cette constitution prévoit de confier le pouvoir à un directoire de cinq membres dont chacun préside à tour de rôle avec remplacement d'un membre tous les deux ans. Ce directoire nomme les ministres et les fonctionnaires, dirige la politique étrangère et fait exécuter les lois mais il ne les élabore pas et n'a aucun contrôle des deniers publics.
Le pouvoir est partagé avec deux chambres : le Conseil des Cinq-Cents et le Conseil des Anciens qui forment le Corps législatif. Ce pouvoir est résolu à se maintenir face au risque d'une restauration monarchique ou d'une réaction jacobine mais il est surtout paralysé par la crise financière et doit renoncer à l'assignat en 1796. Le remplacement des assignats par les mandats territoriaux n'inspire pas plus de confiance et cette nouvelle monnaie fiduciaire est supprimée en 1797.
Face à la misère et aux tentatives de déstabilisation, le Directoire, accusé d'être une "république bourgeoise", revient aux mesures révolutionnaires et policières. Par ailleurs, depuis 1792, la guerre est ininterrompue et l'influence des chefs militaires est croissante. En 1799, les partisans d'un pouvoir fort, dont Sieyès, se retrouvent au Directoire et ils ouvrent la voie du pouvoir à Bonaparte, de retour d'Égypte. Le coup d'État des 18 et 19 brumaire an VIII permet l'instauration d'une dictature militaire sous le nom de Consulat.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x