+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fme_586072 - TROISIÈME RÉPUBLIQUE Médaille parlementaire, IIIe législature, Ernest de la Rochette

TROISIÈME RÉPUBLIQUE Médaille parlementaire, IIIe législature, Ernest de la Rochette SUP
700.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Médaille parlementaire, IIIe législature, Ernest de la Rochette
Date : 1881
Nom de l'atelier/ville : 44 - Loire-Atlantique
Métal : argent
Diamètre : 51 mm
Graveur : Barre d’après Gayrard
Poids : 67,85 g.
Tranche : lisse + corne d’abondance ARGENT
Poinçon : corne d’abondance ARGENT
Degré de rareté : UNIQUE
Commentaires sur l'état de conservation :
Patine hétérogène avec des frottements dans les champs. Traces de manipulation. Présence de quelques coups et rayures

Avers


Titulature avers : REPUBLIQUE - FRANÇAISE.
Description avers : Buste d’Omphale à droite, laurée, portant la dépouille du lion de Némée ; au-dessous GAYRARD.

Revers


Titulature revers : * CHAMBRE DES DÉPUTÉS * - MDCCCLXXXI // DE / LA ROCHETTE / ERNEST / LOIRE-INFERIEURE.
Description revers : Légende circulaire et en trois lignes dans un médaillon entouré d’une couronne de chêne.

Commentaire


Le carré de droit de de cette médaille a été gravé par Barre reprenant ceux gravés en mai 1849 par Gayrard (Launay, p. 234).Sur cette série Gayrard Sculpt est remplacé par Gayrard. Médaille attribuée en 1881 à Ernest-Léon-Zacharie Poictevin de La Rochette en tant que député de la Loire-Atlantique. Il naquit le 20 mai 1847 à Assérac (Loire-Atlantique) et décéda le 7 février 1902. En 1879 il se présenta après le décès de son frère, député de la Loire-Atlantique dans la 2e circonscription de Saint-Nazaire. Il fut réélu en 1881 et cette médaille lui fut remise à l’occasion de ce mandat. Un nouvelle fois candidat, il fut réélu sous le IVe législature (4 octobre 1885-14 octobre 1889). Il siégeait aux côtés de l’Union des Droites.

Historique


TROISIÈME RÉPUBLIQUE

(4/09/1870-10/07/1940)

Thiers est renversé par les monarchistes le 24 mai 1873 et remplacé par le maréchal Mac Mahon. Le mandat de président est porté à sept ans par l'Assemblée. La tentative de rétablissement de la Monarchie en la personne d'Henri V échoue, car ce dernier refuse de renoncer au drapeau blanc. Les lois constitutionnelles votées le 30 novembre 1875 ne seront plus modifiées jusqu'à 1940 ; elles apportent une relative stabilité politique et écartent le rétablissement monarchique. Le conflit législatif de 1877, qui oppose Jules Simon et le duc de Broglie, tourne à l'avantage des républicains. L'Exposition Universelle de 1878 a lieu au Trocadéro. Le téléphone fait son apparition à Paris en 1879. Mac Mahon, en conflit avec l'Assemblée, démissionne ("se soumettre ou se démettre"). Jules Grévy est élu à sa place. Gambetta devient président de la Chambre des Députés. Le prince impérial, fils de Napoléon III, est massacré par les Zoulous sous l'uniforme anglais. Le 14 juillet devient fête nationale en 1880.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com