Réouverture au public du lundi au samedi de 10h à 16h à compter du 11 mai.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fme_518903 - TROISIÈME RÉPUBLIQUE Médaille de l’exposition du Nord de la France

TROISIÈME RÉPUBLIQUE Médaille de l’exposition du Nord de la France TTB
100.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Médaille de l’exposition du Nord de la France
Date : 1904
Nom de l'atelier/ville : 62 - Arras
Métal : métal argenté
Diamètre : 50,5 mm
Graveur : LEFEBVRE Hippolyte (1863-1935)
Poids : 45,31 g.
Tranche : lisse + DOUBLE + poinçon carré
Commentaires sur l'état de conservation :
Patine grise sombre. Marques d’usure

Avers


Titulature avers : EXPOSITION DU NORD / DE LA FRANCE // TRAVAIL / SOLIDARITÉ.
Description avers : Femme assise à gauche, calculant au compas, deux hommes debout face à elle. Signé : HIPPOLYTE LEFEVRE.

Revers


Titulature revers : ARRAS / 1904.
Description revers : Vue sur la place et le beffroi d’Arras, cartouche vierge à l’exergue. Signé : HIPPOLYTE LEFEVRE.

Commentaire


Cet exemplaire est non décerné et présenté dans son écrin de cuir bordeaux inscrit “Exposition du nord de la France, Arras, 1904”. Dimensions : 50.5*38.5 mm.

Hippolyte Lefèbvre, né le 4 février 1863 à Lille, mort en novembre 1935 à Arcueil, est un sculpteur et médailleur français. Issu d'un milieu ouvrier, Hippolyte Lefèbvre suit des études artistiques à l'école des beaux-arts de Lille où il obtient des prix et une bourse d'étude pour l'École des beaux-arts de Paris où, en 1882, il devient l'élève de Jules Cavelier, Louis-Ernest Barrias et Jules Coutan. Il expose régulièrement au Salon des artistes français dès 1887 et, après avoir obtenu le second prix en 1888 et 1891, il reçoit le grand prix de Rome de 1892 en sculpture pour sa statue Adam chassé du Paradis est condamné à travailler la terre, à la sueur de son front. De retour à Paris après son séjour romain à la villa Médicis, il obtient une médaille d'or à l'Exposition universelle de 1900, et poursuit avec succès une carrière de sculpteur bénéficiant de commandes de l'État français.

Pierre, seigneur de Roubaix est né à Herzele (près de Bruxelles) le 1er août 1415. Il décède à Roubaix le 7 juin 1498 et est inhumé en l'église paroissiale Saint-Martin, dans la chapelle "Sainte-Croix". Il succède le 7 juin 1449 à son père, Jean V de Roubaix. Il a trente quatre ans. Très jeune, il avait épousé Marguerite de Ghistelle, dame du Broeucq et de Wasquehal, héritière de l'une des plus nobles et des plus anciennes maisons de Flandres.
Il fit passer la ville d'une petite localité à une des villes les plus prospères de la région, notamment en obtenant le 1er octobre 1469 une charte de l’État bourguignon lui garantissant un privilège d'exercer le commerce et la manufacture. Il accumula par ce biais une considérable fortune.
Pierre de Roubaix fut aussi un grand voyageur, qui se rendit à Rome, à Jérusalem, alla combattre les infidèles à Carthage, etc.
À sa mort, il n'avait qu'une fille, Isabeau de Roubaix, qui lui succéda. Après lui, la branche masculine ainée de la famille "de Roubaix" s'éteint et la domination du fief passe, par le mariage d'Isabeau avec Jacques de Luxembourg et par le mariage de leur fille ainée Isabelle de Luxembourg à Jean III de Melun, à la maison de Melun. La descendante de Jean III, Jeanne de Melun, portait le titre de Marquise transmis à la maison de Ligne par son mariage avec Lamoral Ier, premier prince de Ligne, et actuellement la famille Meurillon..

Historique


TROISIÈME RÉPUBLIQUE

(4/09/1870-10/07/1940)

La nouvelle de la capitulation de Sedan provoque la révolution du 4 septembre 1870 à Paris. Proclamée à l'Hôtel de Ville, la République est dotée d'un gouvernement provisoire appelé gouvernement de la Défense nationale. Menacé à gauche par l'insurrection de la Commune et à droite par les monarchistes, le nouveau régime connaît des débuts difficiles. Chef du pouvoir exécutif dans un premier temps (février 1871), Thiers est chargé de réorganiser le pays avant de choisir sa forme de gouvernement. Il devient président de la République en août 1871 et, malgré son action de libération du territoire, doit quitter son poste en mars 1873 face à l'opposition royaliste. Il est alors remplacé par Mac-Mahon favorable au rétablissement de la monarchie mais celle-ci n'est pas restaurée à la suite de la question du drapeau. La loi du septennat est alors mise en place en novembre 1873 puis, en 1875, sont votées les lois fondamentales qui servent de Constitution à la Troisième République. Régime parlementaire, elle se caractérise notamment par la nette prépondérance du pouvoir législatif sur le pouvoir exécutif. Anticléricale, la Troisième République rend l'école gratuite, laïque et obligatoire mais continue la politique coloniale pour ses ambitions économiques, stratégiques et morales. La séparation des Églises et de l'État est votée en 1905. L'idée d'une revanche sur l'Allemagne et un nationalisme important sont au cœur de la crise boulangiste, du scandale de Panama ou de l'affaire Dreyfus des années 1886-1899 tandis que la politique étrangère est très active notamment au Maroc et que la course aux armements se développe. La Première Guerre mondiale coûte cher à la France qui ne se relève qu'à partir de 1920 voire 1928 pour la monnaie avec le franc "Poincaré". La crise de 1929 ne se fait sentir qu'à partir de 1932 mais dure jusqu'en 1939, période durant laquelle l'instabilité ministérielle est très importante. Vacillant en 1934, la Troisième République trouve un nouveau ciment unitaire avec l'antifascisme qui permet l'arrivée au pouvoir du Front populaire en 1936. Mais, paralysée face à l'Allemagne, la France va alors s'enliser dans une "drôle de guerre" puis connaître l'une des plus grandes défaites de son histoire en juin 1940. Réunies en Assemblée nationale à Vichy le 10 juillet 1940, les Chambres, pourtant élues en 1936, votent les pleins pouvoirs à Pétain dans une sorte de suicide collectif par 569 voix pour, 80 voix contre et 18 abstentions.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com