+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fme_445224 - SECOND EMPIRE Médaille de commission d’examen

SECOND EMPIRE Médaille de commission d’examen TTB+
120.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Médaille de commission d’examen
Date : 1860-1879
Nom de l'atelier/ville : France
Métal : argent
Diamètre : 36,9 mm
Graveur : BRENET Nicolas-Guy-Antoine (1773-1846)
Poids : 19,8 g.
Tranche : lisse + abeille ARGENT
Poinçon : Abeille (1860 - 1880)
Commentaires sur l'état de conservation :
Superbe médaille avec sa patine grise finement irisée

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Divinité antique assise à gauche, contre un autel, tenant deux couronne dans ses mains.

Revers


Titulature revers : MINISTÈRE DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE, DES CULTES ET DES BEAUX ARTS // COMMISSION / D’EXAMEN / DES / LIVRES CLASSIQUES.
Description revers : Légende circulaire et en 4 lignes horizontales.

Commentaire


Ce type de droit, réalisé par Brenet est utilisé sur de nombreuses médailles.
Nicolas-Guy-Antoine Brenet, né à Paris en 1773 et mort à Paris en 1846, est un graveur-médailleur français.
Fils et élève de Nicolas Guy Brenet, cet artiste reçut encore les leçons de dessin de Girod et apprit la gravure en médaille sous la direction de Jacques-Édouard Gatteaux. On lui doit une grande quantité de médailles commémoratives des faits historiques arrivés sous l'Empire, La Restauration et la Monarchie de Juillet...

Historique


SECOND EMPIRE

(2/12/1852-4/09/1870)

Proclamé empereur sous le nom de Napoléon III, Louis Napoléon fait son entrée solennelle à Paris le 2 décembre 1852. Il épouse Eugénie Marie de Montijo, aristocrate espagnole, en janvier 1853. Son règne peut se diviser en trois périodes : l'Empire autoritaire jusqu'en 1860 ; l'Empire libéral de 1860 à 1870 puis l'Empire parlementaire en 1870. Durant l'Empire autoritaire, Napoléon III exerce son pouvoir sans partage, contrôle la presse tandis que les journaux pratiquent l'autocensure pour éviter leur suppression. Les préfets exercent une puissance illimitée dans les départements, les maires, les fonctionnaires sont nommés par le gouvernement. Comme sous le Premier Empire, l'Éducation et l'Université sont surveillées. Maintenant les grands principes de la révolution, la souveraineté du peuple est continuée grâce à la consultation par plébiscite. Sur le plan économique, l'essor est important, l'industrialisation se développe ainsi que les organismes de crédit et les grands magasins. Le prestige militaire est accru par la guerre de Crimée qui permet à la France de jouer un rôle international. L'attentat d'Orsini (janvier 1858) n'empêche nullement la France d'intervenir en Italie pour faire triompher le principe des nationalités et permet le rattachement de Nice et de la Savoie par le traité de Turin (mars 1860). Dès 1860, l'Empire évolue vers plus de libertés : traité libre-échangiste de commerce avec l'Angleterre, apparition d'une faible opposition dans le Corps législatif, octroi du droit de grève (1864), libéralisation de la presse (1868). Sur le plan international, la France acquiert la Nouvelle-Calédonie, la Cochinchine et encourage le creusement du canal de Suez par Ferdinand de Lesseps. Au Mexique, le soutien à Maximilien et à l'Autriche est toutefois un échec. Les élections de 1869 sont très mauvaises pour le régime et l'opposition obtient 45 % des voix. Le régime évolue alors vers un Empire parlementaire en appelant Émile Ollivier, chef du parti orléaniste et libéral, au pouvoir. Après Sadowa en 1866 où la Prusse écrase l'Autriche, l'affaire du trône d'Espagne et de la dépêche d'Ems entraînent la guerre qui est déclarée le 19 juillet 1870. Accumulant les revers, l'armée française est encerclée dans Metz puis Napoléon III, malade, capitule à Sedan le 2 septembre. Aussitôt la nouvelle connue, la déchéance de l'Empire est annoncée par Gambetta puis la République est proclamée le 4 septembre. Napoléon III est alors emmené en captivité en Hesse puis part dans le Kent où il meurt en 1873.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com