Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v45_0922 - SANTONS / CENTRE-OUEST, Incertaines Denier SANTONOS à l’annelet perlé

SANTONS / CENTRE-OUEST, Incertaines Denier SANTONOS à l’annelet perlé TTB+/TTB
MONNAIES 45 (2010)
Prix de départ : 350.00 €
Estimation : 500.00 €
lot invendu
Type : Denier SANTONOS à l’annelet perlé
Date : c. 60-50 AC.
Métal : argent
Diamètre : 14,50 mm
Axe des coins : 3 h.
Poids : 1,71 g.
Degré de rareté : R3
Commentaires sur l'état de conservation :
Monnaie frappée sur un flan relativement large et un peu ovale. Droit de qualité avec la tête et la légende complètes. Revers légèrement décentré mais néanmoins complet. Fine patine irisée sur un métal agréable mais légèrement poreux en surface
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de la collection A.C.G. (a été acheté chez Maison Florange) puis de MONNAIES 38, n° 1560

Avers


Titulature avers : SANTONOS.
Description avers : Tête casquée à gauche, légende devant le visage ; grènetis.

Revers


Titulature revers : ANÉPIGRAPHE.
Description revers : Cheval bridé bondissant à droite ; dessous, un cercle perlé pointé ; grènetis.

Commentaire


Denier de qualité avec la légende SANTONOS complète devant le visage, avec les lettres ANT ligaturées.
Ce type de denier est plus rare que celui à légende ARIVOS au droit et SANTONO au revers (LT 4525).
Pour cette classe II, nous avons SANTONOS au droit tandis que le revers est anépigraphe (LT. 4520).
Il convient de distinguer deux variétés ; la première (DT. 3266) avec un annelet perlé entre les jambes du cheval, et la seconde (DT. 3267) avec un pentagramme à la place et une esse au-dessus du dos. D’après les exemplaire pointés et passés en vente, la proportion semble être d’un denier de la classe II pour vingt deniers de la classe I.

Historique


SANTONS / CENTRE-OUEST, Incertaines

(Ier siècle avant J.-C.)

Une grande partie du monnayage du Centre-Ouest pose encore aujourd'hui des problèmes délicats de restitution. Aux attributions fines, parfois très détaillées des deux siècles précédents (XIXe et XXe siècles), les historiens de la Gaule, dans une optique de globalisation, préfèrent se référer à des grands groupes géographiques. Le plus important aujourd'hui n'est-il pas que nous soyons en possession de l'objet archéologique lui-même ? Néanmoins si, dans le futur, l'attitude des découvreurs de monnaies, découvertes fortuites ou non, officielles ou pas, alliée à la bienveillance de nos archéologues parfois soupçonneux pouvaient nous permettre, grâce à une collaboration (collaborare, travailler ensemble en latin) étroite et étendue de leurs compétences respectives, d'avoir une meilleure connaissance des lieux de découvertes, nous pourrions voir disparaître progressivement toutes ces attributions "incertaines ceci, incertaines cela" pour le plus grand plaisir de chacun et la Connaissance de tous.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com