+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v18_0947 - ROBERT II LE PIEUX Denier n.d. Laon

ROBERT II LE PIEUX Denier n.d. Laon TB+
MONNAIES 18 (2003)
Prix de départ : 280.00 €
Estimation : 480.00 €
Prix réalisé : 365.00 €
Nombres d'offres : 2
Offre maximum : 400.00 €
Type : Denier
Date : n.d. 
Nom de l'atelier/ville : Laon
Métal : argent
Diamètre : 19,5 mm
Axe des coins : 1 h.
Poids : 1,09 g.
Degré de rareté : R2
Commentaires sur l'état de conservation :
Ce denier est frappé sur un flan régulier et légèrement voilé. Le droit présente un léger tréflage. Le revers a été frappé avec un coin présentant une cassure sur le buste
Référence ouvrage :
C.29 - L.17 - Dy.8
Pedigree :
Exemplaire provenant de la vente Platt du 9 avril 1988, n° 506

Avers


Titulature avers : RORT FR[AN RX].
Description avers : Buste couronné du roi de face.
Traduction avers : (Robert, roi des Francs).

Revers


Titulature revers : [...]ALBERON[...].
Description revers : Buste de l'évêque de face accosté de deux besants.
Traduction revers : (Adalbéron de Laon).

Historique


ROBERT II LE PIEUX

(24/10/996-20/07/1031)

Second des Capétiens, fils d'Hugues Capet, le roi Robert, monté sur la trône en 996, a dû à son penchant pour les choses de l'Église et à sa popularité auprès du clergé le surnom de " pieux ". Élève à Reims du célèbre Gerbert d'Aurillac, le pape de l'an Mil, il savait le latin, composait de la musique et emportait des livres en voyage, toutes choses qui le distinguaient de la plupart des seigneurs de son temps. D'abord marié à Rosala, fille du comte de Flandres, qu'il répudia, il s'unit ensuite à Berthe, veuve du comte de Blois. Parrain des enfants de la comtesse, le roi ne put faire reconnaître ce mariage par l'Église et dut en conclure un troisième avec Constance, fille du comte d'Arles. Princesse au caractère difficile, dont les mœurs méridionales détonnaient au nord de la Loire, Constance donna trois fils à Robert. Le premier, Hugues, fut associé au trône en 1017, le second, Henri, le fut en 1026, à la mort de son aîné. Sa mère préféra le troisième, Robert, et le poussa à la révolte. Tout le règne fut assombri par les troubles dus aux trois mariages du roi et aux querelles permanentes entre le monarque, sa troisième femme et leurs enfants. À l'intérieur, le roi lutta, dans une suite de petites guerres indécises, contre le pouvoir croissant des grands barons. Son grand succès fut la conquête du duché de Bourgogne, en 1002. Mais, au sud de la Loire, l'influence royale atteignit son étiage. À l'extérieur, Robert II s'efforça, sans grand succès, de contrer l'expansion de l'Empire germanique. C'est alors que l'ancien royaume de Bourgogne et l'Italie passèrent au pouvoir de l'empereur. Prince faible, comme son père, Robert, iI sut cependant, comme Hugues Capet avant lui, maintenir l'alliance de la couronne et du clergé et assurer la pérennité de la dynastie, en associant ses fils au trône. Par sa longueur même, son règne contribua à ancrer davantage la troisième race royale.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com