Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_01446 - PROTESTANTISME Languedoc - Prise de Montpellier 1623

PROTESTANTISME Languedoc - Prise de Montpellier TTB
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 240.00 €
Type : Languedoc - Prise de Montpellier
Date : 1623
Métal : argent
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : LUDOVICUS XIII FRANCORUM ET NAVARAE REX.
Description avers : Écus de France et de Navarre couronnés entourés des deux colliers des ordres du roi.
Traduction avers : Louis XIII, Roi des Francs et de Navarre.

Revers


Titulature revers : ARMIS ET CLEMENTIA VICTOR - 1623.
Description revers : Louis XIII à cheval à droite, recevant les clefs de la ville des mains de la municipalité de Montpellier, à genoux sous la porte d'entrée.
Traduction revers : Vainqueur par les armes et par clémence.

Historique


PROTESTANTISME

(14/05/1610-14/05/1643)

Dès l'assemblée de La Rochelle du 24 décembre 1620, les huguenots protestent contre le rétablissement du culte catholique en Béarn. Les protestants du Midi se soulèvent et demandent l'aide de l'Angleterre. L'initiative protestante est soutenue par des nobles comme le duc de Rohan, le duc de Soubise ou le duc de La Force. Le duc de Mayenne trouve la mort le 22 septembre 1621 en tentant de s'emparer de Montauban défendue par le duc de Rohan. La paix de Montpellier du 18 octobre 1622 confirme l'Édit de Nantes, La Rochelle et Montauban restent des places fortes huguenotes. La guerre reprend pourtant en 1625 avec la prise de l'île d'Oléron par le duc de Soubise. Les Rochelais se soulèvent. Une paix provisoire en 1626 n'empêche pas Richelieu de venir assiéger La Rochelle en octobre 1627 tandis que la ville est ravitaillée par les Anglais. La Rochelle capitule finalement le 28 octobre 1628 après son abandon par la flotte anglaise. Les protestants du Midi reprennent la lutte avec le siège de Privas et la capitulation d'Alès. L'Édit d'Alès du 28 juin 1629 confirme la liberté religieuse, mais prive les protestants des places de sûreté.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x