Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v53_0081 - PONT - ROYAUME DU PONT - MITHRIDATE VI LE GRAND Hexadrachme (Tétradrachme d’or)

PONT - ROYAUME DU PONT - MITHRIDATE VI LE GRAND Hexadrachme (Tétradrachme d’or) SUP
MONNAIES 53 (2012)
Prix de départ : 7 500.00 €
Estimation : 12 000.00 €
Prix réalisé : 8 303.00 €
Nombres d'offres : 3
Offre maximum : 8 600.00 €
Type : Hexadrachme (Tétradrachme d’or)
Date : an 205, A, octobre
Nom de l'atelier/ville : Pont, Amisos
Métal : or
Diamètre : 30 mm
Axe des coins : 12 h.
Poids : 25,43 g.
Degré de rareté : UNIQUE
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire sur un flan large et ovale, parfaitement centré des deux côtés. Très beau portrait de Mithridate. Revers magnifique bien venu à la frappe. Jolie patine. Trace de monture ancienne. Conserve une partie de son coupant d’origine
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire a été acquis anciennement par un bijoutier dans les années 1900, de MONNAIES 32, n° 40 et de la collection Claude Lainé (emblème luni-solaire)

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Tête diadémée de Mithridate VI à droite.

Revers


Description revers : Pégase paissant à gauche entre un croissant de lune surmonté d'un astre à huit rais centré d’un globule (emblème luni-solaire) ; de chaque côté, un monogramme ; le tout, dans une couronne de lierre.
Légende revers : BASILEWS/ MIQRADATOU// EUPATOROS// ES/ WNRK/ A.

Commentaire


Même coin de droit que l’exemplaire de la collection Brett (n° 35185 du musée de Boston, pl. 3) et que six exemplaires du trésor de Délos (IGCH. 335)découvert en 1908 et enfoui vers 88 avant J.-C. qui contenait six tétradrachmes d’argent de même coin de droit sur 7 pièces de Mithridate et six tétradrachmes stéphanophores d’Athènes.
Ce monnayage a fait l'objet d'une étude approfondie de F. de Callataÿ, L'histoire des guerres mithridatiques vue par les monnaies, Louvain-la-Neuve 1997, pour lequel l'auteur a relevé pour un total de 286 exemplaires avec 69 coins de droit et 179 coins de revers. Aucun exemplaire n'est signalé en or avec ce module et ce poids, et François de Callataÿ refuse de voir dans cet objet un essai, une "présérie" ou un "schaumünze" offert dans l'entourage immédiat du roi.
Il reconnaît que certains types monétaires comparables existent pour les Séleucides avec des octodrachmes d'or frappés par des coins d'argent. La pièce est frappée sans conteste. Ce monument est de même coin de droit (A/25) que cinq tétradrachmes provenant du trésor de Délos (IGCH. 335) découvert en 1908 et un exemplaire du trésor de Thessalonique (IGCH. 645) inventé avant 1888, conservé aujourd'hui au Cabinet des médailles de la BnF (RG. 119). Tous ces tétradrachmes sont datés du premier mois de l'an 205 de l'ère pontique soit octobre 93. Notre exemplaire est aussi de même coin de droit que le tétradrachme du musée de Boston, collection Brett 35185 provenant de la vente Naville 12, des 18-23 octobre 1926, n° 1689. Pour les pièces d'octobre 93 avant J.-C., nous avons au total 10 tétradrachmes avec 3 coins de droit et 6 coins de revers dont sept exemplaires avec notre coin de droit (A/25) et au moins quatre coins de revers, car un des exemplaires provenant du trésor de Délos (IGCH. 335) n'a pu être identifié. Le coin de revers de notre "hexadrachme" est nouveau et non référencé dans le corpus de François de Callataÿ.
Comme le fait remarquer très justement l'auteur : le coin de droit (A/25) ne peut être un coin de faussaire puisque utilisé par plusieurs exemplaires provenant de trésors reconnus. À partir de là, François de Callataÿ n'envisage plus que le faux pour ce monument numismatique en attirant l'attention du lecteur sur de minuscules protubérances perceptibles dans la chevelure et au revers dans la couronne, invisibles à la loupe X 10. Pour les raisons précitées, l'auteur condamne irrémédiablement l'exemplaire comme un faux frappé obtenu à partir de coins moulés.
Quelques arguments a contrario de cette brillante démonstration. Pourquoi un faussaire réaliserait-il un faux dans un module et un type qui n'existe pas par ailleurs ? Il y aurait donc dans la "nature" un tétradrachme de Mithridate VI Eupator en argent authentique avec nos coins et qui a échappé à la sagacité de l'auteur. Notre faussaire, connaisseur, puisqu'il a utilisé une vraie pièce n'aurait alors frappé qu'un unique hexadrachme à partir de coins surmoulés ? Cette démonstration va à l'encontre des monnaies fausses grecques ou romaines qui inondent actuellement les catalogues du monde entier. Pourquoi, encore une fois, excepté si notre faussaire veut vendre son exemplaire au "prix fort" à un prince russe au XIXe ou au début du XXe siècle irait-il copier une pièce en argent pour en faire l'unique hexadrachme en or retrouvé du monnayage d'or de Mithridate VI Eupator ? Cet "hexadrachme" est désormais classé dans les faux pour l'Éternité. Il n'est pas dans les habitudes du Comptoir Général Financier (CGF) de proposer des copies ou des faux à la vente, voilà l'exception qui confirme la règle !.

Historique


PONT - ROYAUME DU PONT - MITHRIDATE VI LE GRAND

(120-63 avant J.-C.)

À la mort de son père Mithridate V, Mithridate VI n'avait que onze ans. Très vite pourtant, il se constitua un vaste empire en Asie Mineure, entra en conflit avec les Romains et lutta contre les royaumes de Bithynie et de Cappadoce. En 88, il ordonna le massacre de tous les Romains et Italiens d'Asie Mineure, les massacres d'Éphèse, où plus de 80.000 victimes furent dénombrées. Mithridate gagna ensuite Athènes où il fut archonte, mais sa flotte échoua devant Rhodes. En 86 avant J.-C., après la reprise d'Athènes par Sylla et les batailles de Chéronée et d'Orchomène, Mithridate signa la paix de Dardanus qui mettait fin à la première Guerre Mithridatique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com