+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_210873 - POLICE ET GENDARMERIE Thiroux de Crosne, lieutenant de Police de Paris 1785

POLICE ET GENDARMERIE Thiroux de Crosne, lieutenant de Police de Paris TTB
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet (2010)
Prix : 250.00 €
Type : Thiroux de Crosne, lieutenant de Police de Paris
Date : 1785
Métal : cuivre rouge
Diamètre : 32 mm
Axe des coins : 6 h.
Poids : 14,04 g.
Tranche : lisse
Degré de rareté : R3
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : L. T. DE CROSNE CHER CER DU ROI ME D. REQ. LIEUT. GENA. DE POLICE. 1785.
Description avers : Les armes de Thiroux de Crosne.

Revers


Titulature revers : VIGILAT UT QUIESCANT ; À L'EXERGUE : 1713.
Description revers : Grue.
Traduction revers : Il veille pour qu'ils se reposent.

Commentaire


Nous n’avons pu trouver aucune référence de ce jeton qui est une frappe d’époque indiscutable mais sur un flan très inhabituel par son épaisseur et donc son poids.
On note que le revers utilisé, daté de 1713, est celui qu’utilisent les jetons des commissaires de Police depuis cette date.
On trouve dans le Nouveau dictionnaire de police par Élouin, Adolphe Trébuchet, Eugène Labat archiviste, digitalisé en ligne par google, les informations suivantes :
Lorsque M. de Calonne fut nommé contrôleur général, M. Le Noir devint son homme de confiance pour tout ce qui tenait aux opérations secrètes de finances et aux recherches qui pouvaient intéresser le ministre.
Mais, malgré cet appui, ou peut-être à cause de cet appui, M. le baron de Breteuil, qui avait le département de Paris et de la maison du roi, suscita tant de désagréments à M. Le Noir, qu'enfin celui-ci fut obligé de se démettre de sa place; elle fut donnée à M. de Thiroux de Crosne, intendant de Rouen, le 11 août 1785.
Ce magistrat était d'une capacité fort médiocre ; mais les circonstances devinrent si difficiles qu'un plus habile que lui, fût-ce M. Le Noir lui-même, avec sa finesse et son activité, n'aurait pu y suffire. M. de Crosne se trouva dans la dépendance absolue de M. de Breteuil. Son attention se dirigea principalement vers la surveillance politique. Lorsque M. de Brienne parvint au ministère, cette surveillance devint un fardeau vraiment insupportable. Ce ministre, qui agitait et bouleversait la France, ne cessait de harceler la police pour la faire servir à l'exécution de ses projets. Il dépensa des sommes immenses pour des opérations secrètes qui furent sans résultat (t).
Les troubles qui commencèrent à Paris en 1787, et continuèrent avec plus ou moins d'intensité jusqu'en 1789, étaient une épreuve au-dessus des forces de M. de Crosne. Après la glorieuse insurrection de juillet 1789, il vint à l'Hôtel-de-Ville donner sa démission à l'assemblée des électeurs. M. de Crosne fut le dernier lieutenant de police.

Historique


POLICE ET GENDARMERIE

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com