VOTRE SITE CGB CONTINUE À VOUS LIVRER ! - Cliquez ici pour en savoir plus. // Notre comptoir parisien est ouvert au click and collect.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

brm_468835 - PLAETORIA Denier

PLAETORIA Denier TTB/TTB+
140.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Denier
Date : 69 AC.
Nom de l'atelier/ville : Rome
Métal : argent
Titre en millième : 950 ‰
Diamètre : 18,5 mm
Axe des coins : 6 h.
Poids : 3,45 g.
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire bien centré au droit. Joli revers. Patine grise avec un métal très légèrement corrodé
Pedigree :
Exemplaire provenant de la collection AJRR et de la vente I-numis 28, n°130

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Tête masculine juvénile (Bonus Eventus) à droite, les cheveux longs ; derrière la tête, un étendard.

Revers


Titulature revers : M. PLAETORI/ CEST. EX. S. C..
Description revers : Caducée ailé.
Traduction revers : “Marcus Plætorius/ Cestianus Ex Senatus Consulto”, (Marcus Plaetorius/ Cestianus par décret du Sénat).

Commentaire


Pour ce type, M. Crawford a relevé une estimation de 54 coins de droit et de 60 coins de revers. Au revers les extrémités du caducée se terminent par des têtes de serpent.

Historique


PLAETORIA

(69-67 avant J.-C.) Marcus Plætorius Cestianus

La gens Plaetoria venait de la ville de Sabine et était d'origine plébéienne. Nous savons par ailleurs, grâce à certains deniers, que Marcus Plætorius Cestianus fut édile curule en 67 avant J.-C. ce qui semblerait indiquer une appartenance patricienne. Les Édiles étaient chargés de veiller à l'approvisionnement de Rome, aux jeux Publics et à la Police de la Ville. Il est possible que notre monétaire ait pris à sa charge l'organisation des "Ludi Florales" de 67 avant J.-C. À sa sortie de charge, l'édile patricien pouvait accéder à la préture ce que fit Marcus Plætorius Cestianus en 66 avant J.-C. avant de briguer le consulat. Il ne semble pas que notre monétaire ait eu droit aux fastes consulaires. En 51 avant J.-C. il fut condamné comme le raconte Cicéron, (ad. Att. V. 20, 8).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com