Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v16_0126 - PARTHIE - ROYAUME PARTHE - ARTABAN IV Drachme

PARTHIE - ROYAUME PARTHE - ARTABAN IV Drachme FDC
MONNAIES 16 (2002)
Prix de départ : 2 000.00 €
Estimation : 4 000.00 €
lot invendu
Type : Drachme
Date : n.d.
Nom de l'atelier/ville : Ecbatane
Métal : argent
Diamètre : 17 mm
Axe des coins : 12 h.
Poids : 3,67 g.
Degré de rareté : UNIQUE
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire de qualité exceptionnelle pour une monnaie extraordinaire, de la plus grande rareté. Magnifique patine de médaillier. Petit flan, mais parfaitement centré des deux côtés
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de la collection Delorme

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Buste d’Artaban IV à gauche, tête coiffée de la tiare avec oreillette, un bandeau simple, avec nœud qui tombe derrière la tête, la barbe triangulaire longue bifide et pointue ; la tiare est gemmée ou perlée et richement décorée ; derrière la tiare, abréviation d’Artaban.

Revers


Titulature revers : LÉGENDE CORROMPUE, GRECQUE ET PEHLVI.
Description revers : Archer assis à gauche sur un trône, tenant un arc de la main droite ; au-dessous, un monogramme.

Commentaire


Semble complètement inédit et non répertorié. Manque à tous les ouvrages consultés. De la plus grande rareté. Cet exemplaire est illustré dans l’article de P. Delorme (N&C 321, p. 39, fig. 40). P. Delorme lui a aussi consacré un article complet (fiche technique) dans (N&C. 330, p. 81-82).

Historique


PARTHIE - ROYAUME PARTHE - ARTABAN IV

(216-224)

A la mort de Vologèse V (207), son fils Vologèse VI devint roi. Mais contre lui s'éleva son frère cadet, Artaban IV. Ce dernier s'empara de la Médie et de la Perside avec l'appui des grandes familles iraniennes et domina son frère. Toute l'histoire intérieure de la dynastie est ainsi secouée par les prétentions des divers représentants de la famille arsacide à la couronne de "shah in shah" (roi des rois), et par les rébellions de la puissante aristocratie foncière qui disposait d'armées privées. Quand Artaban prit le pouvoir (216), l'empereur Caracalla lui demanda la main de sa fille. Pendant les noces, les Romains auraient tué des Parthes non armés, Artaban réussissant à s'enfuir. Mais la version la plus plausible est que le Parthe refusa de marier sa fille à l'empereur, qui reprit la guerre et s'avança jusqu'à Assur. Artaban entamait une contre-attaque lorsque Caracalla fut assassiné (8 avril 217), avec la complicité de Macrin, son successeur. Après l'échec de pourparlers, une bataille de trois jours eut lieu aux environs de Nisibis (218). Artaban remporta une victoire décisive et Macrin dut verser un tribut de cinquante millions de deniers… ce qui ne l'empêcha pas de battre monnaie avec la légende "victoria parthica".
Malgré trois siècles d'acharnement ruineux pour anéantir l'Etat parthe, l'impérialisme romain, instrumenté par "la meilleure armée du monde", n'a jamais pu s'installer au delà de la frontière naturelle de L'Euphrate. Ironie du sort, la chute des Arsacides vint d'un petit vassal, ambitieux roitelet originaire du Fars (comme les Achéménides dont il se dit descendant), un certain Ardachir petit-fils de Sassan. À partir de 212, il supprime ses frères et les petits princes de sa province, étend sa suzeraineté très au delà de la Perside, sur Isfahan et Kerman. Artaban IV lève une armée pour le combattre. Mais en 224, dans la plaine d'Hormizdaghân en Susiane, il est tué de la main d'Ardachir. La tradition rapporte que le Sassanide écrasa de son pied la tête du dernier roi arsacide. La nouvelle dynastie a vaincu les ultimes résistances lorsqu'Ardachir (qui aurait épousé une fille ou cousine d'Artaban IV), se fait couronner "Roi des rois" à Ctésiphon (226)

.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com