+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v41_1647 - PARIS (PARISIVS) - Saint Eloi Triens, monétaire ELIGIVS et CHLODOVEVS REX

PARIS (PARISIVS) - Saint Eloi Triens, monétaire ELIGIVS et CHLODOVEVS REX TTB+
MONNAIES 41 (2009)
Prix de départ : 2 500.00 €
Estimation : 5 000.00 €
Prix réalisé : 3 300.00 €
Nombres d'offres : 2
Offre maximum : 3 500.00 €
Type : Triens, monétaire ELIGIVS et CHLODOVEVS REX
Date : (VIIe siècle)
Nom de l'atelier/ville : Paris
Métal : or
Diamètre : 12 mm
Axe des coins : 8 h.
Poids : 1,03 g.
Degré de rareté : R3
Commentaires sur l'état de conservation :
Magnifique triens, frappé sur un flan un tout petit peu court, en or un peu blanc. Droit légèrement stylisé, mais de frappe vigoureuse. Revers complet mais avec les légendes hors flan sur la partie gauche. Légère patine et aspect très agréable
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : + PARIS.
Description avers : Tête diadémée à droite ; légende devant le visage.

Revers


Titulature revers : + [CH]LODOV[IVSREX].
Description revers : Croix ancrée et fichée sur un globe, accostée de EL-ICI rétrograde en cantonnement ; légende circulaire.

Commentaire


Si ce triens peut facilement être rapproché des monnaies classées à ELIGIVS et CHLODOVEVS REX, comme les B. 3354-3368, ce triens a quelques particularités qui ne semblent pas avoir été observées sur ces exemplaires.

Historique


PARIS (PARISIVS) - Saint Eloi

(VIIe siècle)

Éloi de Noyon (v. 588 - 1er décembre 659), évêque de Noyon, orfèvre et monnayeur, eut une fonction de ministre des Finances auprès de Dagobert Ier.
Éloi est né à Chaptelat près de Limoges en Limousin vers 588 de riches parents gallo-romains, propriétaires de plusieurs grands domaines, dont un à Ambazac, et possédaient des intérêts dans l’exploitation de mines d’or du Sud-Ouest aquitain. Il fut placé par son père, en apprentissage en Limoges chez Abbon, orfèvre réputé, qui fabriquait de la monnaie. Selon saint Ouen, au cours de son apprentissage, il « assistait fréquemment aux offices de l’église, où il écoutait avec une grande avidité tout ce qu’on disait des divines écritures. »
« Cependant, peu d’années après, des circonstances que Dieu, dans sa providence, avait sans doute amenées, le déterminèrent à quitter sa patrie et sa famille pour se rendre seul en France ». C’est-à-dire au Nord de la Loire, et plus précisément à Paris. Éloi entra au service de l’orfèvre Bobbon, qui reçut une commande du roi Clotaire II pour la fabrication d’un trône d’or orné de pierres précieuses. Clotaire II donna à Bobbon la quantité d’or nécessaire à la fabrication du siège, qui fut transmise à Éloi. Celui-ci fabriqua deux trônes en évitant la fraude sur la quantité d’or en ne prenant pas « prétexte des morsures de la lime, ou celui de la trop grande ardeur du feu ».
L’orfèvre Éloi devint contrôleur des mines et métaux, maître des monnaies, puis grand argentier du royaume de Clotaire II, puis trésorier de Dagobert Ier avant d’être élu évêque de Noyon en 641. Quoique étant encore laïc, il fut élevé en 640 sur le siège de Noyon. Après son élection comme évêque de Noyon, saint Éloi a passé vingt ans à convertir la population druidique des Pays-Bas belgiques au christianisme. Son compagnon saint Ouen le relate dans sa Vita d’Eligius. Investi de toute la confiance de Dagobert Ier, il remplit les missions les plus importantes et réussit notamment à amener Judicaël, duc des Bretons, à faire sa soumission en 636.
Source Wikipedia.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com