INFORMATION LIVRAISON : EXPÉDITION DES COMMANDES SUPÉRIEURES À 100€ VIA DHL LES LUNDIS/MARDIS/JEUDIS.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v15_1271 - NERVIENS (Belgique actuelle) Statère à l’epsilon

NERVIENS (Belgique actuelle) Statère à l’epsilon TTB
MONNAIES 15 (2002)
Prix de départ : 685.00 €
Estimation : 1 250.00 €
Prix réalisé : 685.00 €
Type : Statère à l’epsilon
Date : c. 60-50 AC.
Métal : or
Diamètre : 17,5 mm
Axe des coins : 4 h.
Poids : 5,66 g.
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
Frappé sur flan court et épais. Comme pour la plupart de ces monnaies, éclatement de flan sur la tranche

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Reste de tête désarticulé à droite.

Revers


Titulature revers : ANÉPIGRAPHE.
Description revers : Cheval à encolure fourchue passant à droite ; au-dessus, une roue avec moyeu central à quatre rayons.

Commentaire


Cet exemplaire semble être de même coin de droit que l’exemplaire n° 1039 du Musée de Lyon ; ils sont centrés différemment mais ont les mêmes cassures de coin. La rouelle du revers n’a que quatre rayons.
L'attribution aux Nerviens est attestée. Le monnayage est contemporain de la Guerre des Gaules. Le monnayage d'or est divisé en quatre classes dans le Traité de S. Scheers ; les trois premières sont anépigraphes et sur la quatrième, VIROS remplace la roue au-dessus de l'animal. Les prototypes ou modèles de ce statère sont les statères bifaces ambiens et suessions. S. Scheers fait remarquer qu'"il est intéressant de constater une évolution parallèle, notamment l'apparition au droit du thème de l'epsilon et le changement de style au revers dès l'apparition de la légende, le droit restant dans la tradition".

Historique


NERVIENS (Belgique actuelle)

(IIe - Ier siècle avant J.-C.)

Les Nerviens appartiennent au grand groupe belge. Leur territoire était très vaste et s'étendait sur le nord de la Belgique actuelle, situé entre Escaut et Sambre. Ils avaient pour voisins les Ménapiens, les Éburons, les Rèmes, les Bellovaques, les Viromanduens et les Atrébates. Ils avaient plusieurs peuples clients dont les Ceutrons et les Lévaques. En 57 avant J.-C., ils fournirent un contingent de cinquante mille hommes à la coalition belge, dirigée par les Bellovaques. César les décrit comme " les plus farouches des Belges ". Ils furent défaits à la bataille de la Sambre et décimés. Seuls cinq cents guerriers auraient survécu sur les soixante mille engagés. Ils se soumirent et reçurent la protection des Romains, ce qui ne les empêcha pas, en 54 avant J.-C., de rejoindre la sédition d'Ambiorix, chef éburon qui se révolta contre César et assiégea Quintus Cicéron, lequel fut finalement dégagé par son chef. Ils se préparaient à la guerre quand César conduisit ses troupes sur leur territoire et les écrasa en 53 avant J.-C. Néanmoins, ils fournirent encore un contingent de cinq mille hommes afin de secourir Vercingétorix assiégé dans Alésia. César (BG. II, 4, 15-17, 19, 23, 28, 29, 32 ; V, 24, 38, 39, 41, 42, 45, 46, 48, 56, 58 ; VI, 2, 3, 29 ; VII, 75). Strabon (G. IV, 3, 4).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com