+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

brm_173838 - MAXIMIEN HERCULE Aurelianus

MAXIMIEN HERCULE Aurelianus TTB/TTB+
250.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Aurelianus
Date : automne 289 - début 290
Date : 289-290
Nom de l'atelier/ville : Lyon
Métal : billon
Titre en millième : 50 ‰
Diamètre : 22 mm
Axe des coins : 1 h.
Poids : 3,48 g.
Degré de rareté : R3
Officine : 2e
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire sur un flan bien centré à l’usure régulière. Beau portrait. Revers tout à fait exceptionnel dans le monnayage lyonnais. Jolie patine marron foncé
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : IMP C MAXIMIANVS P F AVG.
Description avers : Buste radié et cuirassé de Maximien Hercule à droite avec pan de paludamentum, vu de trois quarts en avant (B01).
Traduction avers : “Imperator Cæsar Maximianus Pius Felix Augustus”, (L’empereur césar Maximien pieux heureux auguste).

Revers


Titulature revers : VICTORIA AVGC/ -|-// S (SIC !).
Description revers : Victoria (la Victoire) drapée marchant à gauche, tenant une couronne de la main droite et une palme de la main gauche.
Traduction revers : “Victoria Augustorum”, (La Victoire des augustes).

Commentaire


Poids léger. Sans argenture. Rubans de type 3 aux extrémités bouletées. Cuirasse et épaulière cloutées. Ptéryges fines et tombantes. Orientation des coins inhabituelle. Coin arasé au revers sur le deuxième G de AVGG. Même coins que l’exemplaire du Cabinet des médailles de la BnF, n° 13.663, Bastien, n° 291a, pl. XX. Sur cet exemplaire les lettres de MAXIM semblent regravées sur DIOCLET en particulier les trois premières lettres comme le faisait remarquer D. Gricourt dans son magistral article, “Aureliani de l’atelier de Lyon sous l’empereur Dioclétien : enquête et données nouvelles, RBN. CXXX, 1984, loc. cit., p. 98 : “De fait, en reconstituant de la sorte cette légende antérieure, nous pouvons deviner, sinon reconnaître, respectivement le E de DIOCLETIANVS sous la première partie du 1er M de MAXIMIANVS, le I repris par le dernier jambage de cette lettre M, le O sous le 1er A, le C sous le X, le L habilement transformé en I, le E sous la première moitié du deuxième M et le T sous la seconde fraction de cette même lettre.” “Nous pouvons reconstituer, sans grand risque d’erreur d’interprétation, semble-t-il, le processus qui a abouti à un tel résultat. Comme ce doit être usuellement le cas, dans un premier temps, le scalptor grave sur le coin un portrait, ici de Maximien. Le signator, dans un second temps, poinçonne une titulature, ici de Dioclétien, autour de l’effigie impériale. Dans un troisième temps, la faute est remarquée par l’un des ouvriers en question (le signator lui-même ? le scalptor ?) ou, plus vraisemblablement, par un fonctionnaire de l’autorité impériale chargé de surveiller le déroulement correct des émissions de l’atelier. Dans un quatrième et dernier temps, l’erreur est rectifiée et, pour le cas qui nous concerne, de façon judicieuse et très habile”. Pour ce type, seuls sont connus des aureliani de Maximien Hercule, mais des types pour Dioclétien ont peut-être été prévus et restent toujours à découvrir aujourd’hui.

Historique


MAXIMIEN HERCULE

(10/12/285-02/310) Marcus Aurelius Valerius Maximianus

Auguste I (1/04/286-1/05/305)

Maximien est né à Sirmium vers 250. Il a "le front bas, la figure ridée, le nez en trompette, le menton et le cou épais, la barbe hirsute" d'après "Les empereurs romains", op. cit., p. 119. Cette description ne ressemble pas tellement aux portraits des argentei qui sont stéréotypés et pas forcément reconnaissables. Il est choisi par Dioclétien pour le seconder. Il est d'abord césar, puis auguste à partir d'avril 286, et c'est la fondation de la Dyarchie. Maximien s'installe à Trèves et doit lutter contre les invasions barbares et l'usurpation de Carausius en Bretagne. En 293, à la création de la Tétrarchie, il est secondé par Constance Chlore. Dioclétien oblige Maximien à abdiquer le 1er mai 305. Il accepte mal la retraite et va soutenir son fils Maxence quand celui-ci s'empare de Rome le 28 octobre 306. Il reprend du service comme auguste en 307 et aide Constantin à qui il donne sa fille Fausta en mariage. Maximien est obligé d'abdiquer à la conférence de Carnuntum le 11 novembre 308. Une dernière fois, il reprend la pourpre au début 310 à Marseille avant de se suicider ou d'être assassiné.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com