Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bpv_173672 - MACRIN Tétradrachme syro-phénicien

MACRIN Tétradrachme syro-phénicien TTB
320.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Tétradrachme syro-phénicien
Date : 217-218
Nom de l'atelier/ville : Beroea, Syrie, Cyrrhestica
Métal : billon
Diamètre : 24 mm
Axe des coins : 1 h.
Poids : 12,59 g.
Degré de rareté : R3
Commentaires sur l'état de conservation :
Remarquable portrait mais flan étroit et une partie des légendes est hors flan
Référence ouvrage :

Avers


Description avers : Buste de Macrin à droite, lauré, drapé et cuirassé, vu de trois-quarts en avant, les deux rubans derrière la tête (A*).
Légende avers : AUT K. MA. OP... SE. MAKRINOS SE, (Autokratoros Kaisaros Markos Opellios Seuhros Makrinos Sebastos).
Traduction avers : (L’empereur césar Marc Opel Sévère Macrin auguste).

Revers


Description revers : Aigle debout à droite, les ailes déployées, la tête et la queue tournées à gauche, tenant dans son bec une couronne feuillée, un griffon ailé de face entre les pattes, B - E dans le champ sous les pattes de l’aigle.
Légende revers : DHMARC. EX. UPATOS PP..
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne consul père de la patrie).

Commentaire


Cet exemplaire fait partie de la série finale avec le titre de Père de la Patrie.
La série des Macrins à Beroea est très particulière pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, les frappes sont en quantités importantes, supérieures à celles de Caracalla, et une grande partie sont des hybrides de revers avec la série de Caracalla. Les exemplaires hybrides portant la marque du quatrième consulat sont si nombreux qu’il semble impossible que tant de coins de revers aient été préparés pour Caracalla. Il faut bien admettre que ces coins portant la mention d’un quatrième consulat furent bien frappés pour Macrin, ce d’autant plus qu’un type hybride de revers porte une palme dans le champ, ce qui n’est pas connu pour Caracalla. Enthousiasme mal placé du maitre de l’atelier, admirateur de Macrin ?
Le graveur de l’atelier ne change pas, sauf pour un type de Diaduménien, particulièrement rare, et un type de Macrin qui sont d’un même graveur nouveau.
La série se divisant en deux par les graveurs (Macrin Prieur 889 et Diaduménien Prieur 897 pour le nouveau graveur, le reste pour celui déjà présent sous Caracalla), on doit remarquer que si les deux présentent des hybrides, seule la série au nouveau graveur présente la palme. Elle devrait se ranger chronologiquement en premier, la seconde présentant certains revers avec la légende PP ( Père de la Patrie) qui n’est pas donnée immédiatement.
La fameuse palme que l’on trouve dans le champ de la première série de Macrin et de Diaduménien laisse perplexe : distinction accordée à la ville par Macrin ?
Si l’attribution de cette série à Beroea, l’antique Alep ou Halab, est certaine par les initiales BE dans le champ du revers, l’interprétation du symbole ne l’est pas, ni même sa lecture. Pour Henri Seyrig dans Antiquités Syriennes 84, le symbole représenterait un lion cornu et ailé vu de face mais les commentateurs le décrivent plutôt comme un griffon vu de face. Nous suivons cette interprétation car tous les lions symboliques sur les tétradrachmes syro-phéniciens sont représentés de profil et aisément identifiables. La statue cultuelle représentée ici devait être très particulière pour ne présenter que deux pattes. Les deux courbes sur la tête en plus des cornes et des ailes ne rappellent rien de particulier. On ne connaît pas encore de frappe de présentation pour la série, avec le revers complètement consacré au symbole, sans aigle, et il est probable que la découverte d’un exemplaire permettra une interprétation plus pertinente.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, quatre exemplaires sont maintenant répertoriés, un seul en musée, à l’American Numismatic Society, ex Newell, ex Khirbet el Atmanieh Hoard. Cet exemplaire, qui provient de la trouvaille dite de Jordanie 1930, est le 0895_004.

Historique


MACRIN

(11/04/217-8/06/218) Marcus Opellius Macrinus

Macrin est né en 164 à Cherchell en Maurétanie. Ce n'est pas un sénateur, mais un chevalier, d'origine indigène (maure). Il était procurateur de la "res privata" (caisse privée de l'empereur) de Caracalla puis préfet du Prétoire à partir de 212. Après l'assassinat de Caracalla le 8 avril 217, il est acclamé empereur le 11 avril. Il ne viendra jamais à Rome et reste à Antioche. Il fait diviniser Caracalla, mais exile Julia Domna qui se laisse mourir. Il prend le titre de Severus pour se rallier les partisans de la famille sévérienne et donne le prænomen d'Antoninus à son fils, Diaduménien, qui est promu césar. En essayant de se concilier tout le monde, il heurte l'armée qui regrette Caracalla. Des soldats, cantonnés à Émèse, proclament Élagabal le 16 mai 218. Vaincu en juin, Macrin s'enfuit. Apprenant la mort de Diaduménien, il tente de se suicider en se jetant de son char et est achevé par ses propres soldats.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x