INFORMATION LIVRAISON : EXPÉDITION DES COMMANDES SUPÉRIEURES À 100€ VIA DHL LES LUNDIS/MARDIS/JEUDIS.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

Live auction - bgr_403354 - MACÉDOINE - ROYAUME DE MACÉDOINE - PHILIPPE III ARRHIDÉE Tétradrachme

MACÉDOINE - ROYAUME DE MACÉDOINE - PHILIPPE III ARRHIDÉE Tétradrachme TTB+
Vous devez être connecté et approuvé par cgb.fr pour participer à une "e-auction/live-auction" de cgb.fr, Identifiez vous pour miser. Les validations de compte sont effectuées dans les 48 heures qui suivent votre enregistrement, n'attendez pas les deux derniers jours avant la clôture d'une vente pour procéder à votre enregistrement.En cliquant sur "MISER", vous acceptez sans réserve les conditions générales des ventes privées des live auctions de cgb.fr. La vente commencera sa clôture à l'heure indiquée sur la fiche descriptive. Veuillez noter que les délais de transmission de votre offre à nos serveurs peuvent varier et qu'il peut en résulter un rejet de votre offre si elle est expédiée dans les toutes dernières secondes de la vente. Les offres doivent être effectuées avec des nombres entiers, vous ne pouvez saisir de , ou de . dans votre offre. Pour toute question cliquez ici pour consulter la FAQ des live auctions.

Les offres gagnantes seront soumises à 12% TTC de frais de participation à la vente.
Estimation : 950 €
Prix : pas d'offre
Offre maximum : pas d'offre
Fin de la vente : 27 septembre 2016 14:13:18
Type : Tétradrachme
Date : c. 323-320 AC.
Nom de l'atelier/ville : Amphipolis, Macédoine
Métal : argent
Diamètre : 27 mm
Axe des coins : 7 h.
Poids : 17,11 g.
Degré de rareté : R2
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire sur un flan large et ovale, bien centré avec les grènetis visibles. Très belle tête d’Héraklès. Revers inhabituel. Belle patine avec des reflets dorés
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de MONNAIES XIX, n° 54 et de la collection D. C

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Tête d'Héraklès à droite, coiffée de la léonté.

Revers


Description revers : Zeus aétophore, les jambes parallèles, assis à gauche sur un siège sans dossier, nu jusqu'à la ceinture, tenant un aigle posé sur sa main droite et un long sceptre de la main gauche ; dans le champ à gauche, statuette d’Athéna Promachos.
Légende revers : ALEXANDROU BASILEWS.
Traduction revers : (Alexandre roi).

Commentaire


Même coin de droit que l’exemplaire de Meydancikkale (Gülnar II n° 52, pl. 3). La légende au revers est plutôt inhabituelle et n’est pas forcément distinguée par M. Price dans son corpus. Normalement, le titre de basileos est devant le nom du roi, la tête de Zeus coupant la légende. Sur notre exemplaire, la légende est continue, sans césure et vient se placer au-dessus du sujet, suivant le contour du flan. Le symbole (Athéna Promachos) n’est pratiquement pas visible.
Précédemment, ce type de pièces était donné à Alexandre III : au droit, la léonté ne présente déjà plus une crinière régulière et parallèle ; au revers, les jambes de Zeus sont parallèles. Néanmoins cette pièce est à restituer au règne de Philippe III Arrhidée d’après le classement de M. Price. Faut-il rappeler que le monnayage personnel d’Alexandre avec Zeus aétophore au revers ne commencerait qu’après la prise de Tarse en 333 avant J.-C. Le Zeus du revers serait directement copié sur le Baaltars qui figurait sur les dernières monnaies de Mazaios avant la chute de Darius III. Le monnayage avec la petite Niké serait obligatoirement postérieur à la mort d’Alexandre III. Néanmoins, cette victoriola rappelle peut-être la victoire d’Alexandre III sur Darius III Codoman à la bataille d’Issos en 333 avant J.-C. Pour cette série du groupe G, H. A. Troxell a répertorié 287 tétradrachmes pour trois variétés dont 107 tétradrachmes provenant du trésor de Demanhour.

Historique


MACÉDOINE - ROYAUME DE MACÉDOINE - PHILIPPE III ARRHIDÉE

(323-316 avant J.-C.)

Monnayage au nom et au type d'Alexandre III le Grand

Philippe, fils de Philippe II et le demi-frère d'Alexandre, n'avait pas toute sa raison. À la mort du conquérant et devant la carence du pouvoir, afin de maintenir la fiction de l'unité de l'Empire, il fut proclamé roi, mais en fait, il n'avait aucun pouvoir. Il fut assassiné à l'instigation d'Olympias, la mère d'Alexandre, en 316 avant J.-C.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com