Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v38_0120 - MACÉDOINE - ROYAUME DE MACÉDOINE - PHILIPPE III ARRHIDÉE Tétradrachme

MACÉDOINE - ROYAUME DE MACÉDOINE - PHILIPPE III ARRHIDÉE Tétradrachme SUP
MONNAIES 38 (2009)
Prix de départ : 350.00 €
Estimation : 650.00 €
Prix réalisé : 350.00 €
Nombres d'offres : 1
Offre maximum : 365.00 €
Type : Tétradrachme
Date : c. 323-320 AC.
Nom de l'atelier/ville : Phénicie, Berytus
Métal : argent
Diamètre : 27 mm
Axe des coins : 12 h.
Poids : 16,80 g.
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire sur un flan large et ovale, bien centré des deux côtés avec le grènetis visible au droit. Très beau portrait de style réaliste. Très joli revers, bien venu à la frappe. Belle patine foncée de collection ancienne, légèrement granuleuse
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Tête d'Héraklès à droite, coiffée de la léonté.

Revers


Description revers : Zeus aétophore, les jambes parallèles, assis à gauche sur un siège sans dossier, nu jusqu'à la ceinture, tenant un aigle posé sur sa main droite et un long sceptre bouleté de la gauche ; lettres araméennes dans le champ à gauche et sous le trône.
Légende revers : BASILEWS - ALEXANDROU/ O/ B// AI.
Traduction revers : (du roi Alexandre).

Commentaire


Exemplaire frappé à la fin de la vie d’Alexandre III le Grand ou au début du règne de Philippe III Arrhidée. Même coin de droit que les exemplaires du British Museum (MP. 3412-3413, pl. 98). Les exemplaires connus proviennent du trésor de Demanhur ou de Byblos pour l’atelier de Beyrouth. Cet atelier est en fait beaucoup plus rare que ne le laissent supposer les ouvrages généraux.

Historique


MACÉDOINE - ROYAUME DE MACÉDOINE - PHILIPPE III ARRHIDÉE

(323-316 avant J.-C.)

Monnayage au nom et au type d'Alexandre III le Grand

Philippe, fils de Philippe II et le demi-frère d'Alexandre, n'avait pas toute sa raison. À la mort du conquérant et devant la carence du pouvoir, afin de maintenir la fiction de l'unité de l'Empire, il fut proclamé roi, mais en fait, il n'avait aucun pouvoir. Il fut assassiné à l'instigation d'Olympias, la mère d'Alexandre, en 316 avant J.-C.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com