Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

Live auction - fme_518317 - LOUIS XVIII Médaille pour l’industrie, remise à Amand-Samson Bosquillon

LOUIS XVIII Médaille pour l’industrie, remise à Amand-Samson Bosquillon SUP
Vous devez être connecté et approuvé par cgb.fr pour participer à une "e-auction/live-auction" de cgb.fr, Identifiez vous pour miser. Les validations de compte sont effectuées dans les 48 heures qui suivent votre enregistrement, n'attendez pas les deux derniers jours avant la clôture d'une vente pour procéder à votre enregistrement.En cliquant sur "MISER", vous acceptez sans réserve les conditions générales des ventes privées des live auctions de cgb.fr. La vente commencera sa clôture à l'heure indiquée sur la fiche descriptive. Veuillez noter que les délais de transmission de votre offre à nos serveurs peuvent varier et qu'il peut en résulter un rejet de votre offre si elle est expédiée dans les toutes dernières secondes de la vente. Les offres doivent être effectuées avec des nombres entiers, vous ne pouvez saisir de , ou de . dans votre offre. Pour toute question cliquez ici pour consulter la FAQ des live auctions.

Les offres gagnantes seront soumises à 12% TTC de frais de participation à la vente.
live-auctionDébut de la phase live :
2019/03/05 14:00:00
fme_518317
1030
Vous devez vous connecter pour miser
Cliquez ici pour vous connecter
Type : Médaille pour l’industrie, remise à Amand-Samson Bosquillon
Date : 1823
Nom de l'atelier/ville : 75 - Paris
Métal : or
Diamètre : 56 mm
Graveur : GAYRARD Raymond (1777-1858) / CAQUÉ Armand Auguste (1795-1881)
Poids : 136,7 g.
Tranche : inscrite : AMAND SAMSON BOSQUILLON, FABRICANT DE CACHEMIRES A PARIS. LA REÇUE DE LA MAIN DU ROI LE 23 OCTOBRE 1823.
Commentaires sur l'état de conservation :
Cette médaille présente de très beaux reliefs malgré des traces de nettoyage dans les champs (hairlines). Petites marques d’usure sur certains points hauts. Présence de coups et rayures
Pedigree :
Exemplaire provenant de la collection R.P.

Avers


Titulature avers : LOUIS XVIII - ROI DE FRANCE.
Description avers : Tête de Louis XVIII à droite, signé : GAYRARD F..

Revers


Titulature revers : ENCOURAGEMENTS ET RÉCOMPENSES - À L’INDUSTRIE // MDCCCXXIII.
Description revers : La France couronnée et l'Industrie avec ses attributs en arrière plan, signé sur la plinthe : REFAIT PAR CAQUE et à l’exergue : DEPUYMAURIN. D..

Commentaire


Cette médaille fut remise des mains du roi Louis XVIII à Amand-Samson Bosquillon de Marigny le 25 octobre 1823 pour l’encourager dans sa fabrication de cachemires à Paris. Bosquillon, baptisé le 15 novembre 1779 à Clermont dans l’Oise, est le fils de Jacques Louis Bosquillon de Marigny, avocat en parlement et conseiller du roi, et Angélique Parmentier de la Motte. Toujours vivant en 1848, l’inventaire après décès de sa femme, Claudine Lupin, indiquait qu’il habitait Montmartre au numéro 6 de la rue des Rosiers.
Concernant son parcours professionnel et d’après le “Rapport du jury central sur les produits de l'industrie française exposés en 1834” établi par le Baron Charles Dupin, le nom d’Amand-Samson Bosquillon “se rattache avec honneur à la création du châle de cachemire en France. Sans jamais ralentir son zèle, il a provoqué, encouragé tous les perfectionnements, les a fait mettre en pratique, et par là s’est maintenu toujours à la hauteur des progrès. Il exploite avec succès tous les genres de châles qui caractérisent la fabrique de Paris; il occupe le premier rang par l’importance de ses productions et l’étendue de son commerce à l’intérieur ainsi qu’à l’étranger. La médaille d’or qu’il obtint en 1823 [cette médaille] lui fut rappelée en 1827, le jury la confirme en 1834.” Il est également connu pour avoir apporté des perfectionnements à la machine Jacquart. Un certificat de demande de brevet d’invention et perfectionnement a été déposé en 1840.
Ce revers est initialement réalisé par B. Duvivier, vers 1797-1798, avec à l’exergue la légende “AUX ARTS UTILES / REP. FR.”, d’où la mention sur la ligne d’exergue “ REFAIT PAR CAQUÉ” et sous le millésime “DE PUYMAURIN. D.”.

Historique


LOUIS XVIII

(06/04/1814-16/09/1824

(6/04/1814-20/03/1815 et 8/07/1815-16/09/1824)

Louis-Stanislas-Xavier naît à Versailles en 1755 de l'union du dauphin Louis (fils de Louis XV) et de Marie-Josèphe Louise de Savoie. Il reçoit d'abord le titre de comte de Provence et est appelé Monsieur quand son frère aîné, Louis XVI, devient roi en 1774. Marié à Louise Marie-Joséphine de Savoie en 1771, il n'a pas d'enfants. Souvent en opposition avec la Cour, il ne condamne pas, dans un premier temps, le mouvement de 1789 mais l'évolution des événements le décide à quitter Paris en compagnie de sa femme, le jour même de la fuite de Louis XVI à Varennes, mais par un autre chemin. Réfugié à Coblence avec son frère, le comte d'Artois, il prend le titre de régent après l'exécution de Louis XVI puis, à la mort de son neveu Louis XVII, celui de roi. Il se met à travailler à la restauration malgré le faible secours dont il dispose et doit changer plusieurs fois de résidence devant les victoires de la Révolution et de Bonaparte. Avec le Premier Empire, la cause monarchique semble désespérée et Louis XVIII s'installe en Angleterre dans une période d'exil et de gêne financière. Lors des premières défaites de Napoléon Ier, Louis XVIII reprend son activité diplomatique qui, à l'initiative de Talleyrand et grâce au soutien anglais, lui permet de rentrer en France en mai 1814. Obligé de fuir à Gand durant les Cent-Jours, Louis XVIII, lors de la seconde Restauration, essaie de mener la même politique de réconciliation que celle définie lors de son premier retour en France. Après la Terreur Blanche (exécution du Maréchal Ney), le régime s'assouplit et s'assoupit. Le duc Decazes remplace Richelieu à partir de 1818. Malgré les pressions royalistes, Louis XVIII soutient fermement la politique modérée de Decazes dans les premières années. La France est réintégrée dans le concert des Nations après le congrès d'Aix-la-Chapelle. Les forces d'occupation quittent la France. La loi sur la censure est assouplie en 1819. Cette année-là, Géricault présente le Radeau de la Méduse. La politique de conciliation cesse après l'assassinat du duc de Berry le 13 février 1820 par Louvel. Débordé par la réaction des ultras après cet assassinat, Decazes démissionne le 20 février et le duc de Richelieu est rappelé, marquant ainsi le triomphe de la droite pour la fin du règne et pour le règne suivant. L'enfant du miracle, Henri, duc de Bordeaux, fils posthume de Charles duc de Berry et de Marie-Caroline de Bourbon, naît le 29 septembre 1820. Napoléon Ier meurt à Sainte-Hélène le 5 mai 1821. Villèle remplace Richelieu le 14 décembre 1821. La fin du règne est marquée par l'expédition d'Espagne, commandée par le duc d'Angoulême, organisée afin de rétablir Ferdinand VII, chassé par les libéraux. Les Français prennent Madrid le 23 mai, le fort du Trocadéro le 31 août et Cadix le 30 septembre 1823. Louis XVIII, malade et infirme (la goutte), meurt le 16 septembre 1824. Il est enterré à Saint-Denis le 23 septembre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x