+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fme_501870 - LOUIS XVIII Médaille du général La Fayette

LOUIS XVIII Médaille du général La Fayette TTB+
150.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Médaille du général La Fayette
Date : 1824
Métal : bronze
Diamètre : 46,5 mm
Graveur : CAUNOIS François Augustin (1787-1859)
Poids : 47,64 g.
Tranche : lisse
Poinçon : sans poinçon
Commentaires sur l'état de conservation :
Patine hétérogène avec des marques de coups et petites rayures
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : GENERAL - LAFAYETTE.
Description avers : Buste du général La Fayette, en habit, à droite ; sur la tranche de l’épaule .1824. ; au-dessous signature CAUNOIS FRENCH..

Revers


Titulature revers : THE DEFENDER / OF AMERICAN AND / FRENCH LIBERTY. / 1777-1824. / BORN IN CHAVANIAC, / THE 6 SEPTEMBER, / 1757..
Description revers : Couronne de chêne, inscription au centre en sept lignes.

Commentaire


Signature CAUNOIS FRENCH. au droit. Cette médaille a certainement été réalisée pour les États-Unis ; elle existe aussi en bronze doré ou en bronze argenté et en or.
Cette médaille commémore le voyage de La Fayette aux États-Unis le 13 juillet 1824. Collignon (La médaille au XIXe siècle et l’histoire) décrit ainsi ce voyage “Après avoir fait un triomphal accueil à Lafayette, qui était allé revoir le théâtre des exploits de sa jeunesse, le Congrès des États-Unis avait voté une résolution où il appelait Lafayette le champion de la liberté, le héros de la Révolution, l’ami et le compagnon de Washington, et il avait envoyé un navire de guerre le chercher en France. Le Vice-Président vint le recevoir à New-York. Il fut traité dans toutes les cités américaines avec les mêmes honneurs que s’il eut été le président d’une République Française. Les récits émouvants qui arrivaient d’Amérique apportèrent aux libéraux français une consolation, un encouragement et une espérance”. Lafayette effectue ce voyage avec son fils prénommé Georges Washington, 182 villes sont visitées entre 1824 et 1825. Le Congrès le remercie en lui faisant un don de 200.000 dollars (en récompense de l’argent qu’il avait avancé personnellement pour aider la Révolution américaine) et 12.000 hectares de terres en Floride. Il fut le premier étranger à s'adresser aux deux Chambres réunies du Congrès américain et son portrait figure dans la Chambre des Représentants. Il a été élevé à titre posthume, «citoyen d'honneur des États-Unis d'Amérique», un privilège rare qui n’a été accordé qu'à quatre reprises dans l'Histoire américaine.

Historique


LOUIS XVIII

(06/04/1814-16/09/1824

(6/04/1814-20/03/1815 et 8/07/1815-16/09/1824)

Louis-Stanislas-Xavier naît à Versailles en 1755 de l'union du dauphin Louis (fils de Louis XV) et de Marie-Josèphe Louise de Savoie. Il reçoit d'abord le titre de comte de Provence et est appelé Monsieur quand son frère aîné, Louis XVI, devient roi en 1774. Marié à Louise Marie-Joséphine de Savoie en 1771, il n'a pas d'enfants. Souvent en opposition avec la Cour, il ne condamne pas, dans un premier temps, le mouvement de 1789 mais l'évolution des événements le décide à quitter Paris en compagnie de sa femme, le jour même de la fuite de Louis XVI à Varennes, mais par un autre chemin. Réfugié à Coblence avec son frère, le comte d'Artois, il prend le titre de régent après l'exécution de Louis XVI puis, à la mort de son neveu Louis XVII, celui de roi. Il se met à travailler à la restauration malgré le faible secours dont il dispose et doit changer plusieurs fois de résidence devant les victoires de la Révolution et de Bonaparte. Avec le Premier Empire, la cause monarchique semble désespérée et Louis XVIII s'installe en Angleterre dans une période d'exil et de gêne financière. Lors des premières défaites de Napoléon Ier, Louis XVIII reprend son activité diplomatique qui, à l'initiative de Talleyrand et grâce au soutien anglais, lui permet de rentrer en France en mai 1814. Obligé de fuir à Gand durant les Cent-Jours, Louis XVIII, lors de la seconde Restauration, essaie de mener la même politique de réconciliation que celle définie lors de son premier retour en France. Après la Terreur Blanche (exécution du Maréchal Ney), le régime s'assouplit et s'assoupit. Le duc Decazes remplace Richelieu à partir de 1818. Malgré les pressions royalistes, Louis XVIII soutient fermement la politique modérée de Decazes dans les premières années. La France est réintégrée dans le concert des Nations après le congrès d'Aix-la-Chapelle. Les forces d'occupation quittent la France. La loi sur la censure est assouplie en 1819. Cette année-là, Géricault présente le Radeau de la Méduse. La politique de conciliation cesse après l'assassinat du duc de Berry le 13 février 1820 par Louvel. Débordé par la réaction des ultras après cet assassinat, Decazes démissionne le 20 février et le duc de Richelieu est rappelé, marquant ainsi le triomphe de la droite pour la fin du règne et pour le règne suivant. L'enfant du miracle, Henri, duc de Bordeaux, fils posthume de Charles duc de Berry et de Marie-Caroline de Bourbon, naît le 29 septembre 1820. Napoléon Ier meurt à Sainte-Hélène le 5 mai 1821. Villèle remplace Richelieu le 14 décembre 1821. La fin du règne est marquée par l'expédition d'Espagne, commandée par le duc d'Angoulême, organisée afin de rétablir Ferdinand VII, chassé par les libéraux. Les Français prennent Madrid le 23 mai, le fort du Trocadéro le 31 août et Cadix le 30 septembre 1823. Louis XVIII, malade et infirme (la goutte), meurt le 16 septembre 1824. Il est enterré à Saint-Denis le 23 septembre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com