+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v14_0369 - ITALIE - PRINCIPAUTÉ DE LUCQUES ET PIOMBINO - FÉLIX BACCIOCHI et ÉLISA BONAPARTE Franco 1808 Florence

ITALIE - PRINCIPAUTÉ DE LUCQUES ET PIOMBINO - FÉLIX BACCIOCHI et ÉLISA BONAPARTE Franco 1808 Florence SUP
MONNAIES 14 (2002)
Prix de départ : 150.00 €
Estimation : 275.00 €
Prix réalisé : 150.00 €
Nombres d'offres : 2
Offre maximum : 183.00 €
Type : Franco
Date : 1808
Nom de l'atelier/ville : Florence
Quantité frappée : 60625
Métal : argent
Titre en millième : 900 ‰
Diamètre : 23 mm
Axe des coins : 6 h.
Poids : 5,01 g.
Tranche : striée
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
Superbe exemplaire bien centré, avec une usure minime et revêtu d’une très jolie patine gris sombre
Référence ouvrage :
VG.1484 - V.10 - DP.944 - P.258 - G.8
Pedigree :
Cet exemplaire provient de MONNAIES I, n° 779

Avers


Titulature avers : FELICE ED ELISA PP. DI LUCCA E PIOMBINO..
Description avers : Bustes accolés d'Élisa diadémée et drapée et de Félix tête nue à droite.
Traduction avers : (Félix et Élisa souverains de Lucques et Piombino).

Revers


Titulature revers : PRINCIPATO DI LUCCA E PIOMBINO./ 5/ FRANCHI/ 1806.
Description revers : dans une couronne formée de deux branches d'olivier.
Traduction revers : (Principauté de Lucques et Piombino).

Commentaire


Petite date.

Historique


ITALIE - PRINCIPAUTÉ DE LUCQUES ET PIOMBINO - FÉLIX BACCIOCHI et ÉLISA BONAPARTE

(23/06/1805-11/04/1814)

Félix Bacciochi (18/05/1762-28/04/1841) est un compatriote corse de Napoléon. Il épouse Élisa Bonaparte le 1er mai 1797 (3/01/1777-7/08/1820). Élisa, la sœur préférée de Napoléon, est la première dotée d'une principauté le 26 juin 1805. D'abord princesse de Piombino, elle reçoit ensuite la principauté de Lucques. En 1809, est ajoutée la gestion du grand-duché de Toscane. Résidant à Florence, Élisa remplit sa mission et gère avec circonspection les territoires que son frère lui a confiés. En 1814, elle doit s'enfuir, se réfugie à Bologne, puis à Brünn pendant les Cent-Jours. Elle se retire à Trieste et y meurt en 1820.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x