+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_219026 - ILE DE FRANCE - VILLES et NOBLESSE Claude Le Peletier, prévot des marchands de Paris 1675

ILE DE FRANCE - VILLES et NOBLESSE Claude Le Peletier, prévot des marchands de Paris TTB+
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet (2010)
Prix : 280.00 €
Type : Claude Le Peletier, prévot des marchands de Paris
Date : 1675
Métal : argent
Diamètre : 26,5 mm
Axe des coins : 6 h.
Tranche : lisse
Degré de rareté : R2
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : DE LA 4E PREV DE MRE CLAVDE LE PELETIER.
Description avers : Armes de Paris.

Revers


Titulature revers : VNVS TERGEMINVM ; À L'EXERGUE : 1675.
Description revers : Hercule terrassant Géryon qui s’appuie de la main à terre, un genou également terrassé, mais levant de l’autre main un cimeterre recourbé pour contrer la massue qui s’abat.
Traduction revers : Seul contre le triple Géryon.

Commentaire


Cas à ma connaissance unique, ce jeton, parfaitement identique en tous points au type, illustre d’une manière complètement différente le revers : Geryon se défend un sabre à la main ! Nous n’avons aucune explication d’autant plus que le coin de droit est également varié par rapport aux exemplaires vus en argent.
Geryon était un monstre à trois têtes, gardien d’un troupeau de bœufs que Hercule devait voler pour son dixième travail. Ce revers commémore la victoire de Seneffe, en Belgique dans le Hainaut, sur la Triple Alliance.
Claude Le Peletier, seigneur d’Ablon, de Montmélian, de Morfontaine...., né en juin 1631, d’abord conseiller au Châtelet, il passa, le 29 janvier 1652, au Parlement, où il devint, en 1662, président de la cinquième chambre des enquêtes. Après la mort de Gaston, duc d’Orléans (2 février 1660), il fut tuteur des filles de ce prince. En 1667, il fut choisi pour doyen d’honneur de la Faculté de droit. Nommé conseiller d’État en 1673, il fut appelé, en 1683, après la mort de Colbert, au poste de contrôleur général des finances, qu’il occupa jusqu’en septembre 1689, et il fut, en outre, créé ministre d’État. En 1686, il acheta une charge de président à mortier, qu’il céda, trois ans après, à son fils Louis. Enfin, il fut chargé de la surintendance des postes en 1671, en remplacement du marquis de Louvois. Désirant le repos, il se démit de ses emplois en 1697, et il mourut, dans la retraite, le 10 août 1711, à quatre-vingt ans.

Historique


ILE DE FRANCE - VILLES et NOBLESSE

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com