Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bpv_158433 - HADRIEN Tétradrachme syro-phénicien

HADRIEN Tétradrachme syro-phénicien TB+
350.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Tétradrachme syro-phénicien
Date : 132-133
Nom de l'atelier/ville : Aigeai, Cilicie
Métal : argent
Diamètre : 26 mm
Axe des coins : 6 h.
Poids : 12,20 g.
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
Usure importante, surtout au droit, léger décentrement, toujours au droit
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de la collection Edoardo Levante. On ne présente plus la Collection Levante sur la Cilicie, dont provient cette pièce, qui est la collection de référence sur le sujet. Cette collection a, heureusement ou malheureusement, été dispersée, faute d’un musée pour l’acquérir dans son intégralité. Cet exemplaire est celui du SNG Levante, n° 1718 et donc l’exemplaire de la collection de référence

Avers


Description avers : Buste lauré et cuirassé d’Hadrien à droite, vu de trois-quarts de face (B*01), sans drapé sur l’épaule gauche.
Légende avers : AUTOK KAIS TRAIANOS ADRIANOS SEB (Autokratoros Kaisaros Traianos Adrianos Sebastos).
Traduction avers : (L’empereur césar Trajan Hadrien auguste).

Revers


Description revers : Aigle de face, ailes déployées, tête et queue à droite, sur une ligne de terre, une chèvre à droite à l’exergue.
Légende revers : AIGEAIWN/ ETOUS ?OR.
Traduction revers : (D’Aigeai, an 179 de l’ère césarienne).

Commentaire


À la lumière des nouveaux exemplaires révélés par une trouvaille récente, il a été nécessaire de subdiviser le type Prieur 720 en deux avec le 720 standard où le buste a un gros drapé sur l’épaule gauche avec une grosse broche et le 720A où le buste n’a qu’une très petite boucle.
Les émissions d’Aigaie sont intégrées dans le Prieur car les tétradrachmes montrent une participation à la zone monétaire d’Antioche. Certes, un trésor mixte d’émissions d’Aigaie et d’Antioche serait le bienvenu pour confirmer une circulation commune.
On ne peut qu’amèrement déplorer que les circonstances légales et autres n’aient pas permis d’étudier correctement l’important trésor apparu sur le marché dont il semble qu’il ne contenait que des monnaies d’Aigaie... mais comment en être sûr ?
Hors une partie qui se trouve encore chez le professionnel américain à l’origine de la publication partielle par Lorber-Michaels, la trouvaille semble complètement dispersée et il n’apparait plus guère d’exemplaires sauf les dates les plus banales (Prieur 721, connu à cinq exemplaires à la publication et répertorié maintenant à cent deux exemplaires).
Aigeai était située sur le golfe d'Issos, à l'opposé d'Alexandrie fondée par Alexandre III le Grand afin de commémorer la grande bataille qui avait opposé les Grecs et les Perses en 333 avant J.-C. C’était un port important.
Le choix de la chèvre dans le champ à droite est lié à un jeu de mot entre le nom AIGEIWN (des chèvres) et le nom de la cité (AIGEIAWN)
On ignore pourquoi Aigeai, dont les frappes autonomes, excessivement rares, s’interrompent en 30 avant J.-C. va frapper, sous Hadrien, une série importante et variée, à plusieurs faciales, aux types souvent recherchés, incluant même Sabine sur certains revers.
Il est probable, de la même manière que nous avons une rarissime émission commémorative de la ville sous Caracalla, que la motivation est le séjour de l’Empereur dans la ville et le motif de son séjour, le même que sous Caracalla, le temple d’Asclépios et d’Hygie, les divinités de la Médecine.
Il y eut probablement en réalité deux séjours, le premier vers 117/118 AD, où sont frappés une série de tridrachmes dont l’un au revers d’Hygie et du serpent, et un tétradrachme.
L’autre passage se situe vers 130/134, sur un rythme annuel avec une émission de tétradrachmes comme le nôtre, au revers de l’aigle, poids moyen vers 13,5 g, et en 133/134 une série de tridrachmes à flan large et à l’aspect de tétradrachmes, d’un poids moyen oscillant autour de 9,5 g, uniquement des émissions commémoratives (Sabine, Asclépios, pas de revers à l’aigle).
Ces émissions sont importantes car elles se placent entre les usages de Césarée pour les poids et ceux d’Antioche pour le type et l’aspect.
On doit noter que cette émission, contrairement à celle de 130/131 mais comme les suivantes, écrit les S en sigma et non pas en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, trente-sept exemplaires sont maintenant répertoriés pour le 720A, un seul en musée, à Oxford. Notre exemplaire, qui provient donc de la collection Levante, est le 0720A_008.

Historique


HADRIEN

(11/08/117-10/07/138) Publius Ælius Hadrianus

Hadrien est né en 76 à Italica. Pupille de Trajan, il épousa en 100 la petite-nièce de l'empereur, Sabine, et fit carrière dans l'état-major de l'empereur, en particulier lors de la campagne dacique. En 117, il succéda à Trajan, et voyagea pendant vingt ans, visitant l'ensemble de l'Empire, le seul empereur à l'avoir fait. En 122, Hadrien se rendit en Espagne. Sans enfant, il choisit d'abord Aélius pour lui succéder en 136, mais ce dernier mourut le 1er janvier 138. Hadrien adopta alors Antonin le 25 février et choisit lui-même Marc Aurèle et Lucius Vérus comme héritiers d'Antonin. Il décéda le 10 juillet 138.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x