Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bpv_153770 - GORDIEN III Tétradrachme syro-phénicien

GORDIEN III Tétradrachme syro-phénicien TTB+
350.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Tétradrachme syro-phénicien
Date : 242
Nom de l'atelier/ville : Antioche, Syrie, Séleucie et Piérie
Métal : billon
Diamètre : 29,00 mm
Axe des coins : 5 h.
Poids : 13,31 g.
Degré de rareté : R2
Commentaires sur l'état de conservation :
Très beaux restes de surface d’origine, traces de circulation sur le poitrail de l’aigle et les lauriers du droit. La frappe est complète et le flan, légèrement irrégulier, montre à 2 heures au revers le rebord du coin. Le coin de droit est mou
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire, qui provient de la trouvaille dite de Jordanie 1930, est le 0296_007 de la base TSP

Avers


Description avers : Buste lauré, drapé et cuirassé (ptéryges visibles) de Gordien III à droite, les rubans de la couronne de laurier flottant derrière la tête, vu de trois quarts en arrière.
Légende avers : AUTOK K M ANT GORDIANOS SEB (Autokratoros Kaisar Marcos Antonios Gordianos Sebastos).
Traduction avers : (L’empereur césar Marc Antoine Gordien auguste).

Revers


Description revers : Aigle debout à droite, la tête à droite et la queue à gauche, les ailes déployées, tenant une couronne feuillue de lauriers dans son bec, entre ses pattes, un bélier courant à gauche, tête à droite, sous un croissant de lune.
Légende revers : DHMARC E X UPATOB (Dhmarcikhs Ex Ousias).
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne, consul pour la deuxième fois).

Commentaire


Dans cette variante, l’aigle a la tête à droite ; il ne semble pas que nous puissions attribuer une signification précise à cette caractéristique. Plusieurs coins de revers sont connus et, si c’est une erreur du graveur, elle s’est produite à plusieurs reprises. Une analyse des liaisons de coins sur le type général serait, une fois de plus, bien utile pour voir si ces aigles à la tête à droite ont une position particulière et significative dans la chaîne chronologique.
Le buste lauré, cuirassé et drapé constitue la part du lion de ces émissions avec presque les trois quarts des exemplaires retrouvés.
La caractéristique principale de la deuxième émission est la disparition du SC à l’exergue du revers et son remplacement par un bélier (Aries) dans une position bien particulière (regardant vers l’arrière) sous un croissant de lune pointes en haut. Compte tenu de la position sur la monnaie en remplacement du SC et à l’endroit où, vingt-cinq ans auparavant les tétradrachmes de Sévères portaient les armes des villes, on peut être pratiquement certain que ce bélier désigne la ville d’Antioche. L’interprétation usuelle n’est pas très convaincante (la Lune dans le Bélier serait la position astronomique au moment de la fondation de la ville) mais faute de mieux, elle est possible. On trouve dans de nombreuses villes de la région des rappels de diverses constellations qui auraient présidé aux fondations.
Il faut néanmoins noter que, dans ce cas, le financement des émissions ne serait plus explicitement “approuvé par le Sénat” (SC) comme la première émission et comme les frappes de Philippe qui suivront. Pourquoi ? Pas d’explication, sauf peut-être un financement par le Trésor Militaire : les frappes de Gordien étant liées à la Guerre parthique, il est plausible que la ville n’ait rien financé.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, neuf exemplaires sont maintenant répertoriés. Les seuls musées à disposer d’un exemplaire sont Paris, l’ANS, Yale et Jérusalem.

Historique


GORDIEN III

(02-03/238-03/244) Marcus Antonius Gordianus

Auguste (05/238-03/244)

Gordien III est le petit-fils de Gordien Ier et le neveu de Gordien II, empereurs éphémères de l'année 238. À la demande du peuple de Rome, il est choisi comme césar par Balbin et Pupien et leur succède après leurs assassinats. Empereur à 13 ans, marié à 16, tué à 19, voilà comment pourrait se résumer la vie de ce jeune homme qui fut victime des appétits de Philippe l'Arabe, nouveau préfet du prétoire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x