Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_511959 - FRANC - MAÇONNERIE GRANDE LOGE DE FRANCE, VISITE A BERLIN 1908

FRANC - MAÇONNERIE GRANDE LOGE DE FRANCE, VISITE A BERLIN TTB
250.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : GRANDE LOGE DE FRANCE, VISITE A BERLIN
Date : 1908
Nom de l'atelier/ville : Grande Loge de France
Métal : bronze
Diamètre : 38 mm
Axe des coins : 12 h.
Poids : 21,88 g.
Tranche : Lisse
Degré de rareté : INÉDIT
Commentaires sur l'état de conservation :
Bélière
Référence ouvrage :
Pedigree :
Exemplaire provenant de la Collection JCT

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Dans un cercle perlé, un autel au fond radiant reposant sur un pavé mosaïque, sur le devant équerre sur compas (au grade d’apprenti). En arrière-plan autel maçonnique.

Revers


Titulature revers : ZUR / ERINNERUNG / AN DEN BESUCH / DER / GRANDE LOGE DE FRANCE / BEI DEN / 3 GROSS-LOGEN ZU BERLIN / 9-12 MAI 1908 .
Description revers : Dans un cercle perlé en huit lignes.
Traduction revers : En souvenir de la visite de la Grande Loge de France aux 3 Grandes Loges à Berlin 9-12 mai 1908 .

Commentaire


De rite et d’obédience de la G.L.D.F. Cette médaille est un souvenir de la visite d’une délégation de Francs-maçons français appartenant à la Grande Loge de France, invités par les Loges de Berlin . Médaille historique de la célébration des retrouvailles maçonniques entre Frères ennemis (depuis la guerre franco-allemande de 1870), qui eurent lieu à Berlin du 9 au 12 mai 1908. Visite de la Grande Loge de France aux 3 Grandes Loges de Berlin, dites de " Vieille Prusse", leur siège est à Berlin. Les relations fraternelles entre les Maçons français et allemands avaient été interrompues en 1870. On doit la réconciliation grâce à l’intiative du’un Maçon Luxembourgeois : le Vénérable Joseph Junck, Grand maître de l’Ordre au Grand Duché. A noter que les manifestations Maçonniques Internationales pour la Paix, de 1907 à 1914, furent une initiative “de la base”, ce qui déplut fort aux 3 Grandes Loges allemandes. La rencontre de 1908 à Berlin fut une tentative de rapprochement, décidées par les “dirigeants maçonniques” des deux pays et du président de “l’Association Maçonnique Internationale”, qui succéda au “Bureau International de Relations Maçonniques”. La guerre interrompit ces rencontres qui ne reprirent qu’en 1925 à Bâle. Médaille Inédite au Labouret.

Historique


FRANC - MAÇONNERIE

Le compas et l’équerre sont très souvent associés dans un symbole ambivalent d’équilibre : la fixité et la mobilité, le passif et l’actif, la matière et l’esprit. Le compas est l’outil du Créateur et du grand Architecte de l’Univers. L’écartement des branches du compas obéit à des règles précises et varie selon les trois degrés : apprenti, compagnon, maître.
L'époque napoléonienne, dans l'activité des loges comme dans celle de nombreux groupements, vit une floraison après les années terribles de la période révolutionnaire. L'activité maçonnique, débarrassée de ses théories républicaines et fermement contrôlée par un Grand-Maître nommé par l'empereur, connut une vigueur dans l'unité jamais retrouvée depuis. On considère que chaque régiment, chaque garnison, chaque ville avait sa Loge. Les témoignages que nous en laissent les sompteux jetons de la période montrent que ces loges étaient riches et influentes. Le symbolisme est recherché, sans comparaison avec les époques postérieures, beaucoup plus conventionnelles, voire fades ou indigentes au début du XXe siècle. La Franc-Maçonnerie compta plus de mille loges réparties sur les cent trente départements et plus de soixante mille Frères.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x