Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bga_388591 - ÉDUENS (BIBRACTE, région du Mont-Beuvray) Potin à l’aigle, fragmentaire

ÉDUENS (BIBRACTE, région du Mont-Beuvray) Potin à l’aigle, fragmentaire TB/TTB+
125.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Potin à l’aigle, fragmentaire
Date : Ier siècle avant J.-C.
Nom de l'atelier/ville : Autun (71)
Métal : potin
Diamètre : 19 mm
Axe des coins : 1 h.
Poids : 4,38 g.
Degré de rareté : R3
Commentaires sur l'état de conservation :
Rare potin fragmentaire, avec un droit usé mais identifiable. Joli revers assez net
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de la collection Pauly, n° A88, dispersée par A. Weil

Avers


Titulature avers : ANÉPIGRAPHE.
Description avers : Grosse tête casquée à gauche, le bandeau double.

Revers


Titulature revers : ANÉPIGRAPHE.
Description revers : Aigle de face, les ailes déployées ; bourrelet périphérique.

Commentaire


Ce type de potin est connu avec une tête à droite (LT. 5277) ou avec une tête à gauche, comme pour cet exemplaire. L'exemplaire type du LA TOUR est cassé et fragmentaire. Aucun potin de ce type n'est encore passé dans l'une de nos Ventes sur Offres. Le DT. 3205 (exemplaire de Lyon) est assez fruste. A son propos, les auteurs précisent que l’influence des potins carnutes à l’aigle doit être soulignée.

Historique


ÉDUENS (BIBRACTE, région du Mont-Beuvray)

(IIe - Ier siècle avant J.-C.)

Les Éduens (Aedui ), qui pourrait se traduire par les "Ardents", étaient certainement, après les Arvernes, le peuple le plus important de la Gaule. Leur territoire s'étendait entre Seine, Loire et Saône sur les départements actuels de la Saône-et-Loire, la Nièvre, une partie de la Côte-d'Or et de l'Allier. Ils occupaient une position stratégique sur la ligne de séparation des eaux entre la Méditerranée, l'Atlantique et la Manche. Les Éduens, perpétuels rivaux des Arvernes, les avaient remplacés après la fin de l'empire arverne et la défaite de 121 avant J.-C. Alliés fidèles des Romains dès le début de la deuxième guerre Punique, lors du passage d'Hannibal en Gaule en 218 avant J.-C., c'est grâce à leur alliance que Domitius Ahenobarbus aurait pu justifier son intervention contre les Allobroges en 121 avant J.-C. Ils ne furent pas étrangers à l'intervention romaine en Gaule et au déclenchement de la Guerre. En 58 avant J.-C., les Éduens firent appel à César pour les protéger contre l'invasion suève d'Arioviste qui menaçait leur territoire puis de nouveau pour contenir la poussée helvète. Si le vergobret Liscus, magistrat principal des Éduens, resta fidèle à l'alliance romaine, une partie de l'oligarchie éduenne rallia le camp gaulois avec Dumnorix et Divitiacos. Les Éduens restèrent fidèles à l'alliance romaine pendant la Guerre bien que César ait estimé à trente cinq mille hommes les Éduens qui participèrent à la coalition gauloise. César ne leur en tint pas rigueur et ils reçurent directement la citoyenneté parce qu'ils étaient considérés comme "frères consanguins des Romains". Leur oppidum était Bibracte (le Mont-Beuvray), mais ils l'abandonnèrent en 15 avant J.-C. pour aller fonder Augustodunum (Autun). César (BG. I, 10, 33 ; VII, 32, 33) ; Strabon (G. IV, 3). Kruta : 21, 46, 69-70, 187, 251, 348-349, 351, 359, 362, 364-365.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com