+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

v49_0864 - CRISPUS Centenionalis ou nummus

CRISPUS Centenionalis ou nummus FDC/SPL
MONNAIES 49 (2011)
Prix de départ : 95.00 €
Estimation : 150.00 €
Prix réalisé : 95.00 €
Nombres d'offres : 1
Offre maximum : 113.00 €
Type : Centenionalis ou nummus
Date : 323-324
Nom de l'atelier/ville : Bretagne, Londres
Métal : cuivre
Diamètre : 19,5 mm
Axe des coins : 5 h.
Poids : 3,19 g.
Degré de rareté : R1
Emission : 18e
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire sur un flan ovale, bien centré des deux côtés avec les grènetis visibles. Portrait fantastique de toute beauté où tous les détails du casque sont visibles. Joli revers bien venu à la frappe. Magnifique patine gris métallique avec des reflets dorés. Conserve l’intégralité de son brillant de frappe et de son coupant d’origine
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de MONNAIES 43? n° 784

Avers


Titulature avers : CRISPVS - NOBIL C.
Description avers : Buste casqué et cuirassé de Crispus à gauche drapé sur l’épaule, vu de trois quarts en avant (C*11).
Traduction avers : “Crispus Nobilissimus Cæsar”, (Crispus très noble césar).

Revers


Titulature revers : BEAT TRA-NQLITAS/ VOT/IS/XX/ -|-// PLON.
Description revers : Autel inscrit surmonté d'un globe et de trois étoiles.
Traduction revers : “Beata Tranquillitas/ Votis vicennalibus”, (L'Heureuse tranquillité/ Vœux pour le vingtième anniversaire de règne).

Commentaire


Avec l’intégralité de son argenture superficielle. Casque avec cimier orné d’un palmette. Couvre nuque et visière lisses Cuirasse et épaulière cloutées. Ptéryges larges. Légende de revers raccourcie. Au revers, le globe semble orné (non visible).

Historique


CRISPUS

(1/04/317-09/326) Flavius Julius Crispus

César (317-326)

Crispus est le fils de Constantin et de Minervine. Né vers 300, il fut nommé césar en 317 avec Constantin II et Licinius II. Il fut accusé par sa belle-mère d'avoir voulu abuser d'elle, à tort ou à raison. Constantin, devant ces accusations, fit mettre son fils aîné à mort au début 326.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com