Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

E-auction 5-1053 - CORPORATIONS CORPORATIONS - CORROYEURS 1755

CORPORATIONS CORPORATIONS - CORROYEURS SPL
Vous devez être connecté et approuvé par cgb.fr pour participer à une "e-auction/live-auction" de cgb.fr, Identifiez vous pour miser. Les validations de compte sont effectuées dans les 48 heures qui suivent votre enregistrement, n'attendez pas les deux derniers jours avant la clôture d'une vente pour procéder à votre enregistrement.En cliquant sur "MISER", vous acceptez sans réserve les conditions générales des ventes privées des e-auctions de cgb.fr et les conditions générales des ventes privées des live auctions de cgb.fr. La vente sera clôturée à l'heure indiquée sur la fiche descriptive, toute offre reçue après l'heure de clôture ne sera pas validée. Veuillez noter que les délais de transmission de votre offre à nos serveurs peuvent varier et qu'il peut en résulter un rejet de votre offre si elle est expédiée dans les toutes dernières secondes de la vente. Les offres doivent être effectuées avec des nombres entiers, vous ne pouvez saisir de , ou de . dans votre offre. Pour toute question cliquez ici pour consulter la FAQ des e-auctions.

PAS DE FRAIS ACHETEUR.
Estimation : 145 €
Prix : 78 €
Offre maximum : 79 €
Fin de la vente : 25 avril 2013 18:49:00
participants : 7 participants
Type : CORPORATIONS - CORROYEURS
Date : 1755
Métal : argent
Degré de rareté : R1
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : LUD. XVI. REX. CHRISTIANISS.
Description avers : Tête à droite de Louis XVI non signée [n°382].
Traduction avers : Louis XVI, roi très chrétien.

Revers


Titulature revers : MES. CORROYEURS. PORTEURS. DE. LA. CHASSE. DE. ST. MERRY ; À L'EXERGUE : 1755.
Description revers : Quatre bourgeois portant la châsse de St Mérry, à l'exergue : instruments de corroyage.

Commentaire


Les cuirs tannés forment deux grandes catégories : celle des cuirs forts et celle des cuirs à œuvre ou molleterie. Les premiers destinés à la fabrication des objets qui demandent une certaine rigidité, tels, par exemple, que les semelles des chaussures ; les seconds servant, au contraire à la confection des empeignes de souliers, des tiges de bottes et, en général, de tous les ouvrages de cordonnerie, de sellerie, de bourrellerie, etc.. qui réclament une grande souplesse. Les cuirs forts sont employés aussitôt après le tannage, tandis que les cuirs à œuvre doivent être soumis, avant d'être livrés au commerce, à des manipulations plus ou moins compliquées, ayant pour objet de les approprier aux usages spéciaux qu'on veut en faire. C'est l'exécution de ces manipulations qui constitue l'art du corroyeur.

Historique


CORPORATIONS

À Rome, les groupements d'artisans existaient déjà : formant un collège placé sous la protection d'une divinité, avec une maison et une caisse communes. Dans l'Europe médiévale, sans doute à partir des confréries religieuses, se formèrent des groupements économiques entre marchands appelées hanse ou ghilde. Avec le développement des échanges, les artisans s'organisèrent en corps ou communautés de métier qui groupaient tous ceux qui exercaient la même profession : maîtres, compagnons ou apprentis. Pour entrer dans le corps, il fallait "jurer" le métier. À côté, existaient des métiers libres qui pouvaient être exercés par tous. Chaque corps était dirigé par une direction collégiale chargée de faire respecter les règlements du métier, de protéger le métier de la concurrence et de diriger la société de secours mutuel. À la fin du XVIIe siècle, le roi se mit à vendre comme offices héréditaires les fonctions de jurés et de syndics de corporation ce qui entraina de graves difficultés financières à un moment où les corporations ne répondaient de surcroît plus aux exigences économiques nouvelles de développement de l'industrie et de concentration des entreprises. C'est d'ailleurs en Angleterre que les corporations disparurent spontanément en raison de la révolution industrielle. Les corporations seront supprimées en France en 1791 par l'Assemblée constituante.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x