Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

E-auction 3-505 - CONSEIL DU ROI Louis XIII n.d.

CONSEIL DU ROI Louis XIII TB+
Vous devez être connecté et approuvé par cgb.fr pour participer à une "e-auction/live-auction" de cgb.fr, Identifiez vous pour miser. Les validations de compte sont effectuées dans les 48 heures qui suivent votre enregistrement, n'attendez pas les deux derniers jours avant la clôture d'une vente pour procéder à votre enregistrement.En cliquant sur "MISER", vous acceptez sans réserve les conditions générales des ventes privées des e-auctions de cgb.fr et les conditions générales des ventes privées des live auctions de cgb.fr. La vente sera clôturée à l'heure indiquée sur la fiche descriptive, toute offre reçue après l'heure de clôture ne sera pas validée. Veuillez noter que les délais de transmission de votre offre à nos serveurs peuvent varier et qu'il peut en résulter un rejet de votre offre si elle est expédiée dans les toutes dernières secondes de la vente. Les offres doivent être effectuées avec des nombres entiers, vous ne pouvez saisir de , ou de . dans votre offre. Pour toute question cliquez ici pour consulter la FAQ des e-auctions.

PAS DE FRAIS ACHETEUR.
Estimation : 18 €
Prix : 16 €
Offre maximum : 18 €
Fin de la vente : 04 avril 2013 21:30:00
participants : 6 participants
Type : Louis XIII
Date : n.d.
Métal : laiton
Diamètre : 25 mm
Axe des coins : 6 h.
Tranche : lisse
Degré de rareté : R1
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : HOC SYDERE LILIA FLORENT.
Description avers : Tête à droite de Louis XIII , inédit à Feuardent.
Traduction avers : Grâce à cet astre fleurissent les lys.

Revers


Titulature revers : NE DECIPIARIS CALCVLA.
Description revers : Croix formée de 4 lis couronnés et cantonnés de 4 L avec un petit point carré au dessous.
Traduction revers : Ne te trompe pas dans tes calculs.

Historique


CONSEIL DU ROI

Au Moyen-Âge, le Roi délibère des affaires importantes avec la Cour, composée des grands feudataires et dignitaires ecclésiastiques. De cette Cour du Roi féodale (la "curia regis") se détachent progressivement plusieurs institutions parmi lesquelles le Parlement et la Chambre des comptes, au XIVème siècle, puis, sous Louis XI, le Grand Conseil, dont les membres sont choisis par le Roi. Le rôle de conseiller du Roi, siégeant en ce conseil, ne se limite pas à une aide simple en matière de gestion, mais implique une véritable participation dans les affaires du royaume. Au cours des XIVème et XVème siècles, ce "Grand Conseil" devient LE Conseil de gouvernement chargé des affaires politiques, administratives, financières et judiciaires. Il est composé des princes du sang et pairs, des grands officiers de la Couronne et de hauts dignitaires du Royaume choisis par le Roi. En 1497, une section judiciaire s'en détache et prend le nom de Grand Conseil, chargé de juger des affaires ecclésiastiques et les conflits de juridiction entre les cours souveraines. Au XVIème siècle, la complexité des affaires contraint les souverains à partager le Conseil du Roi en sections spécialisées : le Conseil des Affaires pour les questions politiques ; le Conseil des Parties (ou Conseil privé) pour les affaires courantes de justice et d'administration ; et le Conseil d'État pour les affaires les plus importantes de l'Intérieur et de l'Extérieur. Il faut attendre le règne de Louis XIV pour voir se mettre en place le Conseil du Roi tel qu'il le sera jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, c'est-à-dire divisé en quatre sections : Le Conseil d'En-Haut (ou Conseil d'État) qui se réunit deux à trois fois par semaine autour du Roi et des ministres d'État pour traiter des affaires les plus importantes du Royaume ; le Conseil des Dépêches, pour les affaires intérieures ; le Conseil des Finances présidé par le Roi et comprenant le Contrôleur général des Finances (pour les questions relatives au budget, à la répartition de la taille, etc.) ; le Conseil d'État privé, finances et directions, présidé par le Roi ou le chancelier et composé d'une trentaine de conseillers d'État et d'environ 80 maîtres de requêtes, pour régler le contentieux privé, préparer les édits et ordonnances du Roi, instruire les affaires financières et régler le contentieux administratif. BIbliographie sélective : BARBICHE, Bernard, "Les institutions françaises de la monarchie française à l'époque moderne", Paris, 1999 ; BLUCHE, François, "L'Ancien Régime. Institutions et société", Paris, 1993 ; HAROUEL, Jean-Louis, BARBEY Jean, BOURNAZEL Éric, THIBAUT-PAYEN Jacqueline, "Histoire des institutions de l'époque franque à la Révolution", Paris, 1996.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x