+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bry_630614 - CHARLES VII LE VICTORIEUX Blanc au briquet, 1er type n.d. Dijon

CHARLES VII LE VICTORIEUX Blanc au briquet, 1er type n.d. Dijon TB+/TTB
220.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Blanc au briquet, 1er type
Date : 1436-1461
Date : n.d.
Nom de l'atelier/ville : Dijon
Métal : billon
Diamètre : 27 mm
Axe des coins : 9 h.
Poids : 2,73 g.
Degré de rareté : R2
Commentaires sur l'état de conservation :
Monnaie frappée sur un flan large et irrégulier. Reliefs plus nets au revers qu’au droit. Patine grise
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : (BRIQUET) KAROLVS* FRANCORVM* REX, (PONCTUATION PAR UNE ÉTOILE À 5 RAIS).
Description avers : Écu de France entre trois couronnes, dans un double trilobe.
Traduction avers : (Charles, roi des Francs).

Revers


Titulature revers : (BRIQUET) SIT° NOMEN: DNI: BENEDICTV, (PONCTUATION PAR DEUX BESANTS SUPERPOSÉS).
Description revers : Croix cantonnée aux 1 et 4 d'une couronne, aux 2 et 3 d'un lis, dans un double quadrilobe.
Traduction revers : (Béni soit le nom du Seigneur).

Commentaire


Faisons remarquer que nous ne retrouvons pas l’annelet généralement visible à la base de l’écu de l’avers.

Historique


CHARLES VII LE VICTORIEUX

(30/10/1422-22/07/1461)

Né à Paris en 1403, Charles était le fils de Charles VI et d'Isabeau de Bavière. À son avènement au trône, Charles VII n'était roi que pour la partie méridionale de la France (Anjou, Touraine, Berry, Marche, Bourbonnais, Auvergne, Forez, Languedoc). Normandie, nord du Maine, Chartrain, Île-de-France, Champagne et Brie, Calais et Guyenne, Bretagne et État bourguignon (duché de Bourgogne, comtés de Flandres et d'Artois, de Rethel, de Nevers, de Mâcon et de Charolais) reconnaissaient Henri VI comme roi de France et d'Angleterre. Le duc de Bedford, installé à Paris, avait laissé le gouvernement de l'Angleterre à Beaufort et Gloucester. Le "roi de Bourges" avaient avec lui les maisons de Bourbon, d'Orléans et d'Anjou-Provence. Les premières années de guerre furent indécises. En 1428, les Anglais décidèrent d'occuper Orléans et de passer la Loire. C'est alors que parut Jeanne d'Arc, jeune fille lorraine, qui, ayant entendu des voix qui lui ordonnaient de libérer la France du joug anglais, se rendit à Chinon auprès de Charles VII. On lui donna des hommes et des armes. Le 6 mai 1429, elle lançait l'assaut contre les Anglais englués devant Orléans et débloquait la ville. Le 18 juin, les Français défirent les Anglais à Patay, Troyes fut atteint le 10 juillet ; le 17, Charles était sacré à Reims. Les villes de Champagne rentrèrent bientôt dans l'obéissance du souverain légitime. La campagne de l'hiver de 1429-1430 fut moins heureuse : l'armée royale échoua devant Paris. Quant au duc de Bourgogne, il balançait désormais entre les deux partis. En mai 1430, Jeanne fut prise par les Bourguignons devant Compiègne. Ils la livrèrent aux Anglais contre rançon. Le 30 mai 1431, après un procès de sorcellerie, la Pucelle fut brûlée à Rouen. Cependant, la reconquête française se poursuivait. En 1434, les Normands se soulevèrent contre l'occupant anglais. Le 12 novembre 1437, Charles VII entrait dans Paris. Le Parlement "bourguignon" de Paris et le Parlement "armagnac" de Poitiers fusionnèrent. Une trêve fut conclue en 1444 et rompue en 1449. La reconquête de la France du Nord se fit en un an (1449-1450). Les Anglais furent définitivement défaits à Formigny le 15 avril 1450. La conquête de la Guyenne, fidèle à son souverain d'outre-mer, fut plus difficile. Bordeaux et Bayonne furent prises en 1451, Bordeaux reprise par les Anglais de Talbot en 1452. Enfin, le 17 juillet 1453, à Castillon, Talbot fut défait et tué. Bordeaux fut reprise définitivement en novembre 1453. Le procès en réhabilitation de Jeanne d'Arc eut lieu en 1456. Désormais, la guerre des Deux-Roses paralysait Albion. Le concile de Constance (1414-1418) avait mis fin au Grand Schisme en portant sur le trône pontifical Martin V (1417), qui convoqua le concile de Bâle (1431-1448). C'est dans ce contexte que Charles VII promulgua la Pragmatique Sanction de Bourges (1438) qui ôtait au pape la collation des bénéfices ecclésiastiques et reconnaissait la supériorité du Concile sur le souverain pontife. Les grandes dynasties seigneuriales demeuraient maîtresses de la moitié du royaume (Bretagne, Foix, Armagnac, Albret, Bourgogne). Leurs coalitions, telles la Praguerie de 1440, échouèrent, malgré la mésentente entre Charles VII et son fils, le dauphin Louis. En cet automne du Moyen Âge, la monarchie royale renaissait plus forte que jamais. L'Anglais abattu, il lui restait encore à venir à bout des grandes principautés féodales.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com