+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_633387 - CHAMBRES DE COMMERCE Chambre de commerce de Dieppe (Louis XV) 1758

CHAMBRES DE COMMERCE Chambre de commerce de Dieppe (Louis XV) TTB+
120.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Chambre de commerce de Dieppe (Louis XV)
Date : 1758
Métal : argent
Diamètre : 28,15 mm
Axe des coins : 6 h.
Poids : 8,71 g.
Tranche : cannelée
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
nettoyé
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : LUD. AMATISS. ÆQUI ARBITER.
Description avers : Buste de Louis XV à droite avec une légende très particulière, type Guéant Prieur 636A.
Traduction avers : Louis le Bien-Aimé arbitre de la Justice.

Revers


Titulature revers : LIBRATIO CELER ET AEQUA À L'EXERGUE : LES PRIEUR ET JUGES CONSULS DE DIEPPE 1758.
Description revers : Allégorie de la Justice tenant un rameau et une balance, assise à gauche.
Traduction revers : Sa pesée est rapide et égale.

Commentaire


Buste exceptionnel à la légende très particulière qui a certainement été gravé spécialement pour cette Chambre de commerce. Feuardent ne cite pas ce buste dans ses planches mais le cite dans le texte comme étant un buste varié
Les juridictions consulaires remontent à Henri II. Dans ces lieux de réunions, les marchands élisent entre eux un prieur et deux juges-consuls qui règlent en première instance les problèmes entre négociants. Les juges-consuls ou juges des tribunaux de commerce sont établis par un édit de 1563. Ils étaient souvent d’anciens consuls (officiers municipaux) d’où leur nom. Au XVIIIe siècle, les juges-consuls jugeaient souverainement jusqu’à 500 livres (au-delà, l’affaire relevait des Parlements) Les commissaires étaient hiérarchisés en Prieur, Président, Juges Consuls, assistants, et éventuellement un Procureur Syndic avec des négociants représentants chaque corps de métier.

Historique


CHAMBRES DE COMMERCE

La première chambre de commerce fut celle de Marseille créée à la fin du XVIe siècle. Pour Paris, les six corps des marchands et les juges-consuls avaient un rôle similaire à celui d'une chambre de commerce : une association de commerçants réunis pour délibérer sur les intérêts de leur ville ou de leur région et donner leur avis au gouvernement. Colbert les légalise en 1664 en instaurant que chaque place de commerce choisira deux d'entre eux pour les représenter. L'institution ne fut toutefois établie réellement que par l'arrêt du Conseil du 30 août 1701 et de nombreuses chambres de commerce apparaissent au XVIIIe siècle à Lyon, Rouen, Toulouse, Montpellier, Bordeaux, etc..
La plus importante d'entre elles est Marseille qui avait des attributions dans tout le commerce du Levant et était du département des Affaires étrangères, les autres relevaient du Contrôle général des Finances. Supprimées par la Constituante en 1791, les chambres de commerce sont rétablies sous le Consulat. Depuis 1832, leur recrutement se fait par élections, elles sont devenues chambres de commerce et d'industrie depuis 1898, regroupées en 21 chambres régionales.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com