Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bpv_305474 - CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien

CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien TTB+
350.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Tétradrachme syro-phénicien
Date : 214-215
Nom de l'atelier/ville : Antioche, Syrie, Séleucie et Piérie
Métal : billon
Diamètre : 25,5 mm
Axe des coins : 11 h.
Poids : 13,79 g.
Degré de rareté : R3
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire est le 223A_001 de la base TSP, il provient de la Collection Richard McAlee et illustre le type dans son ouvrage Coins of Roman Antioch

Avers


Description avers : Buste lauré drapé et cuirassé de Caracalla à gauche, ptéryges bien visibles sous le paludamentum, vu de trois-quarts arrière (A*3), avec barbe touffue et les rubans derrière la nuque, début de la légende à la nuque.
Légende avers : ANTWNEINOS. - .SE AUT K. M. A..
Traduction avers : (Antonin auguste empereur césar Marc Aurèle).

Revers


Description revers : Aigle à droite, ailes écartées, tête et queue à gauche, tenant un cuissot d’animal sacrificiel dans ses serres, souris à droite, et une couronne perlée de lauriers dans son bec.
Légende revers : .DHMARC .EX. - UPATO. D., (Dhmarcikhs Ex Ousias Upatos D).
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne consul pour la quatrième fois).

Commentaire


Parmi les bustes militaires à gauche, le Prieur 223 a une légende longue avec CEB et les têtes et queue de l’aigle à gauche contrairement aux Prieur 221 et 222.
Il a été nécessaire de créer la référence 223A, celle de notre exemplaire car il a été découvert après la parution du Prieur des exemplaires, deux exactement, avec toutes les caractéristiques d’un Prieur 223 sauf en légende courte, donc en CE final.
On pourrait gloser sur la concordance, dans ce groupe, des bustes militaires et de l’orientation à gauche, mais cette concordance disparaissant dès les émissions de guerre proprement dites, ce serait probablement vain. Ces émissions à bustes militaires sont relativement peu nombreuses, de l’ordre du sixième des frappes du groupe. On remarquera la position curieuse de la légende, mais, là encore, probablement rien de signifiant puisque les positions redeviennent usuelles pour les émissions militaires de 215/217.
Cette monnaie appartient à l’émission caractérisée par l’absence du Delta Eta au revers et aux frappes massives de la préparation à la guerre parthique, voire aux débuts de la campagne. La qualité de gravure et de frappe est toujours bonne, voire très bonne, mais l’empereur commence à voir son portrait vieillir et les rides épaisses qui marquent son front, en sont une bonne illustration.
On peut raisonnablement penser que les graveurs ont voulu exprimer la personnalité autant que l’aspect réel - l’empereur n’a que 26 ans - en exagérant ces traits. La moue dédaigneuse de ces portraits est probablement causée par la moustache sur l’empereur porte manifestement tombante.
On peut aussi penser que la vie de débauche dont son père avait essayé de l’extraire, par exemple en organisant une campagne un peu superflue en Bretagne, l’a profondément marqué.
Ce groupe d’émissions est daté du quatrième consulat mais ces monnaies sont radicalement différentes, de style de revers et de style de portrait, de la première émission du quatrième consulat (Prieur 216), que nous avons laissée avec celles du troisième, dans le groupe des frappes aux deux étoiles.
Là encore, comme sous Domitien, dont les émissions, bien datées, permettent de juger des changements de graveurs, on constate que d’une année (Prieur 216) à l’autre (Prieur 217), nous ne trouvons plus le même graveur et pouvons supposer une réorganisation radicale.
Cette réorganisation, si elle a permis une très forte augmentation de la production, n’a pourtant pas nécessité plus d’un graveur, l’homogénéité des exemplaires répertoriés est remarquable, à une poignée d’exceptions près. Là encore, on peut penser que l’organisation de l’atelier d’Antioche ne requérait pas un graveur inamovible mais, selon des méthodes qui nous resteront toujours inconnues, concours, fermage ou adjudication, l’attribution du poste, pour des durées variables, à des artistes différents.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, deux exemplaires sont maintenant répertoriés dont aucun en musée.

Historique


CARACALLA

(27/05/196-8/04/217) Marcus Aurelius Antoninus

Auguste (4/02/211-8/04/217)

Après l'assassinat de Géta, Caracalla fit décréter la "damnatio memoriæ" de son frère. La "Constitution Antoniniana" fut promulguée en 212. Tous les habitants de l'Empire devenaient des citoyens romains. L'année suivante, il entreprit une campagne en Germanie et remporta de nombreuses victoires sur les Germains, les Iapyges et les Goths. Il reçut le titre de "Germanicus". La fin du règne fut marquée en 215 par la Réforme monétaire et la création de l'antoninien. Caracalla entame une ultime campagne contre les Parthes. Il est assassiné après avoir célébré ses vicennalia.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x