Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bpv_173801 - CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien

CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien SPL
480.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Tétradrachme syro-phénicien
Date : 215-217
Nom de l'atelier/ville : Berytus, Phénicie
Métal : billon
Diamètre : 27 mm
Axe des coins : 12 h.
Poids : 14,12 g.
Commentaires sur l'état de conservation :
Presque FDC, du brillant a disparu sur les reliefs
Référence ouvrage :

Avers


Description avers : Tête laurée de Caracalla à droite, vu de trois quarts en arrière, l’un des deux rubans de la couronne laurée descendant sur l’épaule (O*).
Légende avers : AUT. KAI. AN-TwNINOS SE, (Autokrator Kaisar Antwninos Sebastos).
Traduction avers : (L'empereur césar Antonin auguste).

Revers


Description revers : Aigle debout à droite, les ailes déployées, la tête et la queue tournées à gauche, tenant dans son bec une couronne perlée ; entre les pattes, la poupe et les rames-gouvernails d’un navire allant à droite.
Légende revers : DHMARC EX UPATOS TO D.
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne consul pour la quatrième fois).

Commentaire


Les tétradrachmes attribués à Beyrouth, Berytus, se répartissent en deux grandes séries car en deux symboles. Tout d’abord, la proue de navire à droite, importante série en volume, plusieurs graveurs différents, tant pour les avers que pour les revers, aucune variation du type, pas de frappe pour Macrin ni pour Diaduménien. Par ailleurs aucune preuve factuelle qu’il s’agisse bien de frappes pour Beyrouth : ce ne sont pas les ports qui manquent dans la région et nous n’avons trouvé aucun lien avec les bronzes de la ville. Remarquons pourtant que la poupe qui est représentée avec ses deux gouvernails (notons une erreur dans le Prieur, qui dit prow donc proue alors qu’il s’agit de la poupe d’un navire) semble bien celle d’un navire de commerce, très rond de coque, et non pas d’un navire de guerre, encore moins d’une galère. L’émission serait donc celle d’un port de commerce plutôt que d’un port militaire comme Laodicée ou Séleucie.
L’autre série, avec le dauphin et le trident, excessivement rare, correspond parfaitement à la ville tant pour le symbole, que l’on retrouve sur des bronzes, que pour les graveurs des portraits, que l’on retrouve aussi sur des bronzes.
Peut-on imaginer que les frappes à la poupe de navire furent les taxes payées par l’administration du port de Beyrouth ? Mais alors, pourquoi aucune frappe pour Macrin, qui a bien dû lever des fonds pour payer la rançon de la Pax Fundata cum Persis ?
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, soixante et onze exemplaires sont maintenant répertoriés. Notre exemplaire est le 1292_066.

Historique


CARACALLA

(27/05/196-8/04/217) Marcus Aurelius Antoninus

Auguste (4/02/211-8/04/217)

Après l'assassinat de Géta, Caracalla fit décréter la "damnatio memoriæ" de son frère. La "Constitution Antoniniana" fut promulguée en 212. Tous les habitants de l'Empire devenaient des citoyens romains. L'année suivante, il entreprit une campagne en Germanie et remporta de nombreuses victoires sur les Germains, les Iapyges et les Goths. Il reçut le titre de "Germanicus". La fin du règne fut marquée en 215 par la Réforme monétaire et la création de l'antoninien. Caracalla entame une ultime campagne contre les Parthes. Il est assassiné après avoir célébré ses vicennalia.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x