Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bpv_173754 - CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien

CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien SPL
280.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Tétradrachme syro-phénicien
Date : 215-217
Nom de l'atelier/ville : Laodicée, Syrie, Séleucie et Piérie
Métal : billon
Diamètre : 26 mm
Axe des coins : 12 h.
Poids : 13,06 g.
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire parfait, coins à vif, belle frappe, brillant presque intact (ce qui exclue le FDC), excellent style pour cette série
Référence ouvrage :

Avers


Description avers : Tête laurée de Caracalla à droite, l’un des deux rubans de la couronne laurée descendant sur l’épaule (O*).
Légende avers : AUT K. M. A..AN...TWNEINOS .SEB. (Autokrator Kaisar Markos Aurhlios Antwneinos Sebastos).
Traduction avers : (L’empereur césar Marc Aurèle Antonin auguste).

Revers


Description revers : Aigle debout à droite, les ailes déployées, la tête et la queue tournées à gauche, couronne feuillée dans le bec ; entre les pattes de l'aigle, sur une ligne de terre, une étoile à huit rais.
Légende revers : DHMARC. EX. UPATOS. TOD. (Dhmarcikhs Exousias Upatos to D).
Traduction revers : (Puissance tribunitienne, consul pour la quatrième fois).

Commentaire


Les frappes du sixième groupe de Laodicée ont tous les défauts des émissions d’urgence. Elles sont très nombreuses, de style fréquemment épouvantable, souvent mal frappées, il n’y a aucune recherche stylistique et un seul type existe, le plus simple possible à graver.
On peut penser que ces frappes étaient directement destinées à l’armée et que Laodicée a frappé, comme dans le cas des émissions de guerre d’Antioche, pour d’autres.
En effet, si la théorie fiscale pour expliquer l’apparition de multiples ateliers en 215 est vraie, il faut bien remarquer que des villes importantes de la région sont laissées sans émission. Fiscalement, il est impensable que Samosate, Apamée, Palmyre, Bosra... on pourrait allonger la liste, n’aient pas été mises à contribution pour l’effort de la guerre contre les Perses, guerre qui les concernaient de plus directement. Comme il semble assez exclu que des séries actuellement mal attribuées doivent leur revenir, il semble plausible que ces villes se soient acquitées en métal et que des ateliers aient été chargés de transformer ce métal en numéraire. Si c’est effectivement ce qui s’est produit, le sixième groupe de Laodicée est un parfait candidat pour ces frappes industrielles.
Le seul intérêt de ces monnaies est que percent parfois, dans la technique du graveur, des simplifications, des raccourcis, des coups de burin hardis qui rappellent parfois - très édulcorées - des approches celtiques de la représentation d’un visage.
L’identification de l’atelier est certaine grâce aux émissions de présentation qui montrent la Tyché de la ville assise sur un mont, un dieu-fleuve tenant le phare de la ville et nageant à ses pieds.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, trois cent soixante et onze exemplaires sont maintenant répertoriés. Notre exemplaire est le 1179_205.

Historique


CARACALLA

(27/05/196-8/04/217) Marcus Aurelius Antoninus

Auguste (4/02/211-8/04/217)

Après l'assassinat de Géta, Caracalla fit décréter la "damnatio memoriæ" de son frère. La "Constitution Antoniniana" fut promulguée en 212. Tous les habitants de l'Empire devenaient des citoyens romains. L'année suivante, il entreprit une campagne en Germanie et remporta de nombreuses victoires sur les Germains, les Iapyges et les Goths. Il reçut le titre de "Germanicus". La fin du règne fut marquée en 215 par la Réforme monétaire et la création de l'antoninien. Caracalla entame une ultime campagne contre les Parthes. Il est assassiné après avoir célébré ses vicennalia.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x