Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bgr_275177 - CAMPANIE - NEAPOLIS (NAPLES) Nomos ou didrachme

CAMPANIE - NEAPOLIS (NAPLES) Nomos ou didrachme TTB+
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 780.00 €
Type : Nomos ou didrachme
Date : c. 300-275 AC.
Nom de l'atelier/ville : Naples, Campanie
Métal : argent
Diamètre : 18,5 mm
Axe des coins : 1 h.
Poids : 7,31 g.
Degré de rareté : R2
Commentaires sur l'état de conservation :
Exemplaire sur un petit flan épais et irrégulier, légèrement décentré au revers. Très beau portrait de Parthénopé. Joli revers de style fin avec la tête du taureau androcéphale détaillée. Belle patine de collection ancienne avec des reflets dorés
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de la vente Burgan, décembre 1983

Avers


Description avers : Tête de la nymphe Parthénopé ou Néapolis à droite, la chevelure bouclée, ceinte d’un bandeau avec collier et boucle d’oreille ; derrière la tête, une grappe de raisin.
Légende avers : STA.

Revers


Description revers : Taureau androcéphale passant à droite, la tête barbue de face, couronné par Niké volant à droite ; entre les pattes, une lettre.
Légende revers : [NEOPOLITWN].
Traduction revers : (de Naples).

Commentaire


Pour ce type, le nom placé sous la tête de la nymphe doit plutôt être interprété comme un nom de magistrat monétaire plutôt que la signature d’un graveur particulier comme le signale N. K. Rutter (HN. italy, p. 70, n° 579 note). Le visage présente une attitude altière avec une chevelure très ornementée qui n’est pas sans rappeler les représentations syracusaines. Au droit, derrière la tête de la nymphe, nous avons la représentation d’une grappe de raisin. Les types napolitains sont probablement d’origine religieuse (agonistique). Au droit, la tête de la nymphe Parthénopé a donné son premier nom à la ville et est restée celui de son Acropole (citadelle). Cette élégante représentation féminine n’est pas sans rappeler les chef d’œuvres des graveurs syracusains comme Kimon et le fameux tétradrachme avec la tête d’Aréthuse de trois quarts de face (A. Evans, NC. 1891, pl. XI). En l’honneur de la nymphe Parthénopé, identifiée comme la déesse locale et éponyme de la cité de Neaopolis (Naples), des jeux annuels (agonisitiques) étaient donnés (Roscher, Lex. 1653). Au revers le taureau androcéphale pourrait bien être une représentation du dieu-rivière Achéloos (Achelaus). Cependant, à Naples, il est possible que les jeux agonistiques périodiques n’aient pas seulement été donnés en l’honneur d’Achéloos, le père de toutes les rivières. Le dieu-fleuve androcéphale, couronné par Niké qui se retrouve sur de nombreux monnayages campaniens pourrait aussi être identifié avec une divinité chtonique tauriforme sous la forme de Bacchus Hebon, dont le culte est particulièrement développé en Italie du Sud, en particulier en Campanie (Lenormant, La Grande Grèce, p. 420).

Historique


CAMPANIE - NEAPOLIS (NAPLES)

(340-241 avant J.-C.)

Neapolis, de création très ancienne, fut d'abord fondée par des colons rhodiens sous le nom de Parthénope au VIIIe siècle avant J.-C. La ville fut ensuite colonisée par les habitants de Cumes un siècle plus tard. Au Ve siècle avant J.-C. sous l'impulsion de colons chalcidiens et athéniens, la ville prit son nom définitif de Neapolis (Naples). Les Samnites finirent par envahir la Campanie et par occuper la citadelle de Naples pendant plus de cinquante ans. Finalement les Romains s'emparèrent de Naples au IIIe siècle avant J.-C. La ville resta néanmoins hellénisée et maintint son indépendance jusqu'en 241 avant J.-C.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com