Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_266927 - BRETAGNE (ÉTATS DE...) Frappe entre 1657 et 1675 n.d.

BRETAGNE (ÉTATS DE...) Frappe entre 1657 et 1675 TB
240.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Frappe entre 1657 et 1675
Date : (1657-1675)
Date : n.d.
Métal : argent
Diamètre : 26,5 mm
Axe des coins : 6 h.
Tranche : lisse
Degré de rareté : R2
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : IECTONS. DES. ESTAZ. DE. BRETAGNE.
Description avers : Écu couronné écartelé aux 1 et 4 de France, aux 2 et 3 de Bretagne, dans une couronne formée de deux branches de laurier.

Revers


Titulature revers : .POTIVS. MORI. QVAM. FEDARI.
Description revers : Hermine passant à gauche, portant une écharpe semée de mouchetures, sur un champ de mouchetures d’hermine sans fin.
Traduction revers : (Plutôt la mort que le déshonneur).

Commentaire


Rien au-dessus du fleuron central de la couronne au droit. Point initial au revers. Nouveaux coins de droit et de revers. Les feuilles de laurier de la couronne au droit sont creuses tandis que les mouchetures d’hermine du revers sont plus petites. Les coins sont assez déséquilibrés et probablement trop profonds en leur centre ce qui se traduit par un manque de relief sur l’écu et sur l’hermine et son écharpe au revers, malgré des frappes qui semblent correctes.

Historique


BRETAGNE (ÉTATS DE...)

La Bretagne fut, de toutes les provinces françaises, celle où la monarchie respecta le mieux les privilèges et particularismes locaux. Son union ne datait que de 1532 et ses États étaient les plus turbulents du royaume. Leur accord était nécessaire pour toute levée de deniers et l'exécution de tous les édits même souverains. Ils se tenaient tous les deux ans. Les trois ordres y étaient représentés avec des évêques, des abbés, des représentants des villes et surtout de nombreux nobles (six à sept cents) qui imposaient en général leur volonté aux autres, bien que le vote se fit par ordre. Les nobles et hobereaux formaient ce que l'on appelait le "bastion", tyrannisant le reste de l'assemblée et étaient surtout attirés par les fêtes et les repas. La principale ressource du budget provincial était fournie par les "devoirs", impôt sur les boissons très productif mais aussi le fouage ou taille sur le "feu". Malgré ces revenus, l'administration des États de Bretagne était néanmoins coûteuse et à la veille de la Révolution, les États sont endettés de cinquante millions de livres. Les États ont fabriqué environ 150 jetons différents, destinés à être offerts aux membres de son administration à titre de gratification : 100 pour chaque président, 50 pour chaque vérificateur, etc..

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x