Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_013599 - BOURGOGNE - VILLES ET NOBLESSE Louis - Auguste - Augustin d'Affry, COLONEL DES GARDES SUISSES, refrappe Napoléon III 1767

BOURGOGNE - VILLES ET NOBLESSE Louis - Auguste - Augustin d Affry, COLONEL DES GARDES SUISSES, refrappe Napoléon III SPL
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 90.00 €
Type : Louis - Auguste - Augustin d'Affry, COLONEL DES GARDES SUISSES, refrappe Napoléon III
Date : 1767
Métal : argent
Diamètre : 35 mm
Axe des coins : 12 h.
Tranche : lisse
Poinçon : abeille ARGENT
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : INVIA VIRTUTI NULLA EST VIA.
Description avers : Armes de L.-A. d'Affry.
Traduction avers : Aucune voie n'est impraticable à la vertu.

Revers


Titulature revers : LOUIS AUG COMTE D AFFRY COLONEL DES GARDES SUISSES CHEVR DES ORDRES DU ROY 1767.

Commentaire


Jeton rarissime en original, notons que les trois exemplaires que cite Feuardent (aucun à notre type) sont tous les trois des refrappes.
Louis-Auguste-Augustin d'Affry, comte d'Affry, né à Versailles en 1713 et mort en 1793 est une personnalité de l'ancien régime qui s'est illustrée dans l'armée et la diplomatie et a survécu à la Révolution en restant fidèle au roi Louis XVI.
Louis Augustin comte d'Affry, seigneur de Saint-Barthélémy et de Brétigny, est né en 1713, au château de Versailles. Fils du lieutenant général François d'Affry, colonel des gardes suisses des rois Louis XIV et Louis XV, et de Marie de Diesbach Steinbruck, fille du comte de Diesbach Steinbruck, colonel d'un régiment suisse au service de la France. Il épouse Marie Élisabeth Françoise, baronne d'Alt de Prévondavaux
Il se couvre de gloire sur les champs de batailles, notamment à bataille de Fontenoy (11 mai 1745). Tour à tour, brigadier (2 mai 1744), maréchal de camp (1er janvier 1748), lieutenant général (1er mai 1758), colonel général de tous les régiments suisses au service de la France (1767) en alternance avec le comte d'Artois, frère du roi, pendant la minorité de ce dernier, puis de 1789 à 1792.
Il est également ambassadeur de Louis XV en Hollande entre 1758 et 1762. En 1751, Dufort de Cheverny note dans ces mémoires : "À Versailles, j'allais chez Madame la duchesse de Luynes, dame d'honneur de la Reine et son amie chez qui les vieux courtisans allaient régulièrement. La Reine, quand elle vient, défendait toute étiquette, et elle causait en jouant. Le président Hénault, Moncrif l'auteur, M. le comte d'Affry, revenu d'ambassade, y étaient tous les jours, ainsi que le fameux joueur de piquet M. le marquis de Rassilly, capitaine des gardes ; enfin presque toutes les vieilles dames du palais. C'était fort triste, mais c'était le moyen de se faire connaître."
Proche des idées nouvelles, franc-maçon, il est ami de Voltaire, de Madame de Pompadour, de Madame Adélaïde, de l'Américain Morris. Amoureux des arts, il se fait mécène de Houdon, Vernet et Fragonard. Il donne des fêtes dans ses hôtels particuliers parisiens, rue des Saints-Pères et place Louis le Grand (actuelle place Vendôme), réunissant le Paris des arts, de la pensée et de la politique.
Il est reçu Chevalier du Saint-Esprit le 1er janvier 1784.
Il est gouverneur militaire de Paris et de la région parisienne en 1791 jusqu'à ce que l'assemblée nationale lui demande de choisir entre cette fonction et celle de colonel de la garde suisse du roi Louis XVI. Il choisit la garde suisse et de protéger physiquement la famille royale, notamment lors de la prise des Tuileries le 10 août 1792. Il refuse d’abandonner le Roi tout comme il refuse de participer à un coup d’État fomenté par les armées royalistes. Sa priorité sera de maintenir l'alliance avec le nouvel État français et de préserver les intérêts de la Confédération helvétique. Sans en avoir le titre, il est, à cette époque, l'ambassadeur des intérêts suisses en France.
Après avoir été sauvé de justesse des débordements meurtriers à la Conciergerie par le comité exécutif, le comte d'Affry est acquitté par les tribunaux révolutionnaires. Il se retira en Suisse, dans son château de Saint Barthélemy, dans le canton de Vaud, jusqu'à sa mort en 1793.
Son fils, le landaman Louis d'Affry, deviendra le premier chef d'État de la Confédération helvétique. Son petit-fils sera pendant la Restauration commandant de la garde suisse de Louis XVIII.
Pour le portrait de ce personnage d’exception, http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis-Auguste_d%E2%80%99Affry.

Historique


BOURGOGNE - VILLES ET NOBLESSE

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com