INFORMATION LIVRAISON : EXPÉDITION DES COMMANDES SUPÉRIEURES À 100€ VIA DHL LES LUNDIS/MARDIS/JEUDIS.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bpv_399732 - AUGUSTE Tétradrachme syro-phénicien

AUGUSTE Tétradrachme syro-phénicien TB+
1 150.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Tétradrachme syro-phénicien
Date : 6-7
Nom de l'atelier/ville : Séleucie, Syrie, Séleucie et Pierie
Métal : billon
Diamètre : 24 mm
Axe des coins : 12 h.
Poids : 14,82 g.
Degré de rareté : R3
Commentaires sur l'état de conservation :
Joli revers, droit plus mou avec une partie des légendes disparues
Référence ouvrage :

Avers


Description avers : Tête laurée d’Auguste à droite entouré de la stemma (O*).
Légende avers : KAISAROS SE-BASTOU (Kaisaros Sebastou).
Traduction avers : (César Auguste).

Revers


Description revers : Foudre posé sur un coussin et un tabouret, entouré des légendes et du millésime, le tout entouré de la stemma.
Légende revers : SELEUKEWN / TES IERAS / EIR / KAI / AUTONOMOU / A - H.
Traduction revers : (Des habitants de Séleucie, sainte, 115, césarienne autonome).

Commentaire


Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, deux exemplaires sont maintenant répertoriés, l’autre exemplaire connu étant le n° 1378 de la vente CNG 60, 2001. Notre exemplaire est le 1186A_002.
Ce millésime est inédit et manquait au Prieur : il complète les deux millésimes précédemment connus. À moins que nous trouvions un jour un millésime 117, on doit constater que ces émissions, plus symboliques et politiques qu’économiques, furent rapidement balayées par les nécessités de la centralisation autour des frappes au type d’Antioche. Certes, celles-ci, glorifiant la Tyché de la ville, n’étaient guère œcuméniques et il est probable que c’est un souci d’unité de la région qui fit choisir finalement l’oiseau psychopompe par excellence : l’aigle.
L’émission commence en l’an 5 (114 de l’ère de Séleucie) et coïncide certainement avec celle au revers de Zeus pour Antioche (Prieur 49) et celle à la Tyché de Laodicée (Prieur 1101) : cinquante ans après les débuts de la conquête de l’Orient, l’Empire prend le risque de bousculer légèrement des habitudes locales et de placer sur les monnaies le portrait de l’empereur. Notons que le revers, celui qui est religieusement important, est soigneusement conservé et qu’il n’y a aucune différence fondamentale avec les émissions pré-romaines.
Encore une fois, le principe des empires est de permettre la multiplicité des religions, des langues, des usages, voire la personnalité des lois ; au contraire, l’Etat-nation, qu’il soit monarchique, républicain ou fasciste, est monolithique : une loi, une foi, un roi / Ein Volk, ein Reich, ein Führer. Rome était un empire et l’émission conjointe de pièces au portrait d’Auguste dans ces trois ateliers montre une percée significative vers une meilleure unité politique.
L’un des problèmes difficiles avec cette émission est l’existence de faux pour servir, d’une qualité admirable, et dont il est plus que probable qu’ils furent fabriqués à l’atelier, avec des coins d’origine. Sachant qu’il est exclu qu’il s’agisse sous Auguste à Séleucie d’une fraude officielle comme on a pu le voir dans des périodes difficiles où des pièces fourrées étaient produites dans l’atelier officiel, il faut donc conclure à la corruption du maitre de la monnaie de Séleucie sous Auguste. Le problème est que le pointage sur photo ne permet pas de reconnaitre l’authenticité.
Le poids est en revanche une indication utile : le tétradrachme authentique pèse entre 14,2 et 15,2 grammes. Celui en cuivre plaqué, moins. Malheureusement, peu de professionnels pèsent les monnaies qu’ils proposent à la vente.
Le foudre du reveers est celui du Baal de la ville, Baal Saphan ou Zaphon, connu en grec sous le nom de Zeus Kasios, maître de la foudre, protecteur des marins (Séleucie est un port très important) et adoré sous la forme d’un bétyle, probablement météoritique. Le foudre semble avoir été l’objet préféré de la vénération chez les dévots grecs et romains, bien que le bétyle soit illustré sur divers bronzes romains de la ville.

Historique


AUGUSTE

(16/01/27 avant J.-C. - 19/08/14 après J.-C.) Caius Julius Cæsar Augustus

Auguste, après Actium et la prise d'Alexandrie, reste le seul maître de l'Empire romain. Il remet ses pouvoirs au Sénat en 27 et se voit honorer du titre d'Auguste donnant naissance à un nouveau régime politique : le Principat. Les quarante années suivantes seront consacrées à structurer et à consolider le système mis en place par Auguste sur le plan politique, économique et culturel. Il est secondé par Agrippa qui devient son gendre en épousant sa fille Julia en 21 avant J.-C. et qui lui donne deux petits-fils, Caius et Lucius. Malheureusement, Agrippa, l'ami et le double, meurt en 12 avant J.-C. Sur le plan militaire, il est secondé par Drusus, d'abord, puis par Tibère, les deux fils de Livie, sa troisième épouse. Sur le plan culturel, l'arbitre des modes est Mécène tandis que Virgile rappelle grâce à son épopée l'Énéide, nouvelle Iliade et Odyssée, la naissance mythique de Rome et exalte les vertus romaines. Auguste, grâce à une habile activité diplomatique et militaire, fixe le limes sur le front rhéno-danubien, malgré le désastre de Varus en 9 de notre ère, grâce aux campagnes répétées de Drusus, puis de Tibère, et à la fin du règne de Germanicus, du fils de Drusus. La paix relative avec les Parthes est concrétisée par le retour des enseignes et des prisonniers de Carrhæ (53 avant J.-C.) en 20 avant J.-C. Cet événement a un retentissement considérable. Auguste réorganise aussi les provinces, sénatoriales et impériales. Il se réserve l'administration de l'Égypte. Les vingt dernières années de son règne sont dédiées à la préparation de sa succession. Successivement, Agrippa meurt en 12 avant J.-C., Drusus en 9 avant J.-C., puis ses deux petit-fils, Lucius en 2 et Caius en 4. Âgé de 77 ans, Auguste meurt à Nola le 19 août 14, laissant le trône à Tibère, nouvel époux de Julie, déjà deux fois veuve. Ses espoirs reposent aussi sur Germanicus tandis qu'Agrippa Posthumus a été écarté. Après sa mort, Auguste est divinisé et les Romains donnent son nom au huitième mois de l'année, août (augustus).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com