VOTRE SITE CGB CONTINUE À VOUS LIVRER ! - Cliquez ici pour en savoir plus. // Notre comptoir parisien est ouvert au click and collect.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bmv_227958 - ATELIER INDÉTERMINÉ Bronze à la croix ancrée, tête à droite

ATELIER INDÉTERMINÉ Bronze à la croix ancrée, tête à droite TTB
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 280.00 €
Type : Bronze à la croix ancrée, tête à droite
Date : VII-VIIIe siècles
Nom de l'atelier/ville : Indre-et-Loire (37)
Métal : cuivre
Diamètre : 14,5 mm
Axe des coins : 3 h.
Poids : 1,06 g.
Degré de rareté : R3
Commentaires sur l'état de conservation :
Monnaie sur un flan large et régulier, mais très mince. Droit et revers complet, avec une frappe vigoureuse, surtout au droit. Patine brune, un peu hétérogène
Référence ouvrage :

Avers


Titulature avers : VICO NIBVAAOIA.
Description avers : Tête stylisée à droite ; légende autour.

Revers


Titulature revers : + MONIN...AOIVP.
Description revers : Croix latine ancrée, très fine ; légende autour.

Commentaire


Ce type de bronze semble provenir d’Indre-et-Loire. La tête est d’un style très particulier, proche de celui du triens B. 5567 (= P. 415) classé à la région tourangelle.
Cette série de bronze semble assez variée, avec des influences de certains triens, mais sans équivalent connu en or (?).

Cet exemplaire avec une belle tête à droite a les légendes presque complètes. Mais le vicus mentionné dans VICO NIBVAAOIA ne semble pas connu.
Pour le revers, comme sur le bmv_227957, la croix est ancrée, mais d’une façon si discrète qu’il pourrait s’agir d’un petit epsilon collé à la croix (?). La légende MONIN est assez nette, mais celle sur la partie droite est très en bord de flan.

Historique


ATELIER INDÉTERMINÉ

(VIIe - VIIIe siècle)

De nombreuses monnaies mérovingiennes, mal frappées, avec une épigraphie très pauvre ou peu explicite, ne peuvent être attribuées à un atelier particulier. Les monnaies trop rares ont malheureusement le même problème. Les attributions se basant sur des ouvrages souvent anciens, une monnaie inconnue à l'époque aura souvent du mal à être attribuée, à moins qu'il soit possible de lire l'atelier ou de retrouver le nom du monétaire et de comparer avec sa production dans les ateliers où il frappa monnaies....

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com