VOTRE SITE CGB CONTINUE À VOUS LIVRER ! // Notre comptoir parisien est ouvert de 9h à 18h - Cliquez ici pour en savoir plus.
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_240190 - ASSURANCES La Société civile d’assurance mutuelle contre les risques d’accidents dans les carrières 1857

ASSURANCES La Société civile d’assurance mutuelle contre les risques d’accidents dans les carrières SPL
135.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : La Société civile d’assurance mutuelle contre les risques d’accidents dans les carrières
Date : 1857
Métal : argent
Diamètre : 32 mm
Axe des coins : 12 h.
Tranche : lisse
Poinçon : abeille ARGENT
Degré de rareté : R2
Commentaires sur l'état de conservation :
Superbe patine
Référence ouvrage :

Avers


Description avers : Personnage barbu et nu, couvert d’un tissu, levant la main droite et tenant un oriflamme de la gauche (Saint Jean Baptiste ?), entouré de rais émanant de sa tête, au dessus d’une nuée. Signé A. CHEVALIER F.

Revers


Titulature revers : SOCIETE CIVILE D'ASSURANCE MUTUELLE CONTRE LES RISQUES DES ACCIDENTS DANS LES CARRIERES (AUTORISEE) FONDÉE LE 31 JANVIER 1857.
Description revers : En huit lignes dans une couronne de laurier.

Historique


ASSURANCES

Sous l'Ancien Régime, l'assurance est avant tout maritime. Elle est un contrat par lequel un particulier s'engage à réparer les pertes liées à un naufrage, moyennant une certaine somme qui lui est payée à l'avance. Ainsi par exemple, on constate qu'au XVIIIème siècle, à Bordeaux, les assurances maritimes sont concentrées entre les mains de quelques grands armateurs comme François Bonnaffé. Une ordonnance de 1681 laisse la plus grande liberté dans les rapports entre assureurs et assurés, d'où la multiplication d'acteurs sur le marché. Toujours à Bordeaux, on voit alors intervenir des compagnies parisiennes, hollandaises, anglaises...
Les assurances non maritimes s'imposent tardivement (milieu du XVIIIème siècle). Elles proposent le plus souvent une garantie contre l'incendie. Exemple : la compagnie d’assurances générales obtint le privilège de Louis XV en 1753 pour la garantie du commerce maritime et pour assurer les maisons contre l’incendie.
Au XIXème siècle, on assiste à l'éclosion d'innombrables compagnies, souvent spécialisées sur des secteurs très pointus, qui vont permettre le développement de l'économie par la mutualisation des risques. Elles se complètent d'associations mutualistes et de secours mutuels.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com