+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_574467 - ARTILLERIE LOUIS CHARLES DE BOURBON 1737

ARTILLERIE LOUIS CHARLES DE BOURBON TTB+
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 45.00 €
Type : LOUIS CHARLES DE BOURBON
Date : 1737
Nom de l'atelier/ville : s.l.
Métal : argent
Diamètre : 28 mm
Axe des coins : 6 h.
Poids : 5,80 g.
Tranche : cannelée
Degré de rareté : R1
Référence ouvrage :
Pedigree :
Exemplaire provenant de la Collection PCL

Avers


Titulature avers : LOUIS CH DE BOURBON D D EU DUC D AUM G M DE L ART.
Description avers : Buste de L.-Ch. de Bourbon-Eu.

Revers


Titulature revers : VIGORE PATRIO FULMINA MITTIT ; À L'EXERGUE : ARTILLERIE 1737.
Description revers : Deux aigles, l'un volant, l'autre éployé sur un foudre.
Traduction revers : Il lance ses foudres avec la vigueur de son père.

Commentaire


Louis Charles de Bourbon, comte d'Eu, duc d'Aumale (1736), prince de Dombes (1755-1762), duc de Gisors (1762), comte de Dreux, prince d'Anet, baron de Sceaux est né au château de Sceaux le 15 octobre 1701 et mort au même endroit le 13 juillet 1775.
Fils du duc du Maine, bâtard légitimé de Louis XIV et de son épouse Anne-Louise Bénédicte de Bourbon-Condé, il demeura célibataire et n'eut pas d'enfant.
Il fut grand maître de l'artillerie de France du décès de son père (1736) à 1755.
Au décès de son frère aîné le prince de Dombes (1755), il devint colonel général des Suisses et Grisons (jusqu'en 1762), gouverneur du Languedoc et il hérita ses propriétés, notamment le château d'Anet où il fit de fréquents séjours et où il s'adonnait à sa passion pour la chasse. Même âgé, il continuait à la suivre dans une petite voiture à roulettes.
Le 28 mars 1762, il échangea avec Louis XV la principauté de Dombes contre le duché de Gisors et les terres de Gretz-Armainvilliers et de Pontcarré.
Apprécié du peuple pour sa générosité, il céda la plupart de ses propriétés – le duché d'Aumale, le comté d'Eu, la principauté d'Anet notamment – à Louis XV en 1773 pour la somme de 12 millions de livres. Mais la transaction qui n'avait pas été terminée lorsque le roi mourut, fut annulée par Louis XVI. Lorsque le comte d'Eu mourut en 1775, son cousin le duc de Penthièvre hérita tous ses biens. Il est inhumé dans l'église Saint-Jean-Baptiste de Sceaux.
Voir sa biographie à http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Charles_de_Bourbon_%281701-1775%29 .

Historique


ARTILLERIE

Avant Louvois, l'artillerie était confiée à des entrepreneurs civils qui fournissaient pour un prix donné les hommes et le matériel par pièce en batterie. Elle relevait d'un grand maître de l'artillerie, charge créée sous Charles VII, qui appartint à Sully de 1599 à 1610 ou au duc de la Meilleraye sous Richelieu. Avec Louvois, l'artillerie devient partie intégrante de l'armée et elle est protégée par le régiment des fusiliers du roi. Les grades dans l'artillerie étaient plus accessibles aux roturiers que dans les autres régiments, l'avancement y était donné aux mérites et aux talents. Jusqu'au XVIIIe siècle, le matériel laisse beaucoup à désirer avec différents calibres, différents affûts et différentes roues. L'uniformisation et la modernité de l'artillerie devra beaucoup à J.-B. de Gribeauval, inspecteur général de l'artillerie dès 1776. À la fin du XVIIIe siècle, l'artillerie française sera la première en Europe et cette supériorité expliquera les victoires de la Révolution.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com