+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_04916 - ACADÉMIE DE CHIRURGIE Académie royale de chirurgie 1751

ACADÉMIE DE CHIRURGIE Académie royale de chirurgie TTB
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet (2016)
Prix : 35.00 €
Type : Académie royale de chirurgie
Date : 1751
Métal : argent
Diamètre : 29 mm
Axe des coins : 12 h.
Tranche : cannelée
Référence ouvrage :

Avers


Description avers : Buste à droite de Louis XV N°336, type Guéant Prieur 616U.

Revers


Titulature revers : COLIT ET COLITUR ; À L'EXERGUE : ACAD. REG. CHIR. M. D. CC. LI.
Description revers : Un Génie debout à gauche présentant à Minerve qui s'appuie de la main gauche sur son égide, les armes de La Peyronie. A terre, des instruments de Chirurgie dont trépan, vrille et scalpel.
Traduction revers : Elle honore et est honorée . A l'exergue : Académie royale de chirugie. 1751 .

Commentaire


La Peyronie, Premier chirurgien du Roi de 1736 à 1747, anobli en 1721, avait eu son blason composé par le Juge d'Armes d'Hozier qui avait trouvé un lien entre son nom et le latin Pirum, "poire", poires de son blason.
Malgré la frappe en médaille, le jeton est parfaitement d’époque.

Historique


ACADÉMIE DE CHIRURGIE

Sous l'Ancien Régime, la chirurgie est une pratique artisanale qui s'occupe de traiter les manifestations externes des maladies, d'où le mépris qui lui est associé, fondé sur son caractère manuel et sur l'horreur de l'Église de voir le sang versé. Pourtant elle est un moteur du progrès médical dans la mesure où elle privilégie l'expérimentation. En 1691, un édit reconnaît la spécificité des chirurgiens sur les barbiers-perruquiers en leur interdisant de tenir boutique ! Cependant, en 1731 est créée par Georges Mareschal, chirurgien du roi, et La Peyronie, une Société académique des chirurgiens de Paris qui, en 1748, devient l'Académie royale de chirurgie, placée sous le patronage de Louis XV. Les praticiens gagnent ainsi une reconnaissance scientifique et sociale. À la fin de l'Ancien Régime, on compte une quinzaine d'écoles de chirurgie (Bordeaux, Lyon, Nantes, Orléans, Rouen, Toulouse, etc.).
Conseils de lecture : DESAIVE J.-P., GOUBERT J.-P., LE ROY LADURIE E., MEYER J., MULLER O. et PETER J.-P., "Médecins, climats et épidémies à la fin du XVIIIème siècle", Paris/La Haye, 1972 ; LEBRUN F., "Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIème et XVIIIème siècle", Paris, 1983.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com