Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v50_0237 - VATICAN - PIE XII (Eugenio Pacelli) Coffret de neuf monnaies 1940 Rome SUP

VATICAN - PIE XII (Eugenio Pacelli) Coffret de neuf monnaies 1940 Rome SUP
MONNAIES 50 (2011)
Prix de départ : 750.00 €
Estimation : 1 200.00 €
Prix réalisé : 1 855.00 €
Nombres d'offres : 3
Offre maximum : 1 960.00 €
Type : Coffret de neuf monnaies 
Date : 1940 
Nom de l'atelier/ville : Rome 
Quantité frappée : 2000 
Métal : argent 
Degré de rareté : R1 
Commentaires sur l'état de conservation : Coffret composé d’une pièce en or (100 lires, 5,18 g, SUP 60 avec des hairlines dans les champs), de deux pièces en argent (10 lires, 9,95 g, SUP 62 avec une belle patine ; et 5 lires, 5 g, SPL 64 avec une superbe patine grise), de quatre pièces en nickel (2 lires, 1 lire, 50 centesimi et 20 centesimi ; SPL) et de deux pièces en bronze (10 centesimi et 5 centesimi ; SPL) 
Référence ouvrage : KM/WC.20/MS 23 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Coffret bleu en bon état avec l’intérieur en velours bleu, contenant une série frappée à seulement 2.000 exemplaires.

VATICAN - PIE XII (Eugenio Pacelli)

(1939-1958)

Né en 1876, Eugenio Maria Giuseppe Giovanni Pacelli est élu pape le 2 mars 1939, quelques mois seulement avant le début de la Seconde Guerre mondiale, et succède à Pie XI sous le nom de Pie XII (en latin Pius XII, en italien Pio XII). Issu d'une famille d'avocats attachés au Saint-Siège, et remarqué dès l'âge de 25 ans par un secrétaire de la secrétairerie d'État (ministère des Affaires étrangères du Vatican), il devient successivement nonce en Bavière puis, en 1920, à Berlin, et, en 1930, secrétaire d'État. Durant les années 1920, il prépare un Concordat entre le Vatican et l'Allemagne mais le texte n'est signé que six mois après l'arrivée d'Hitler à la Chancellerie, le 20 juillet 1933. Durant la Seconde Guerre mondiale, il condamne modérément l'idéologie hitlérienne dans la crainte que les nazis ne ripostent en persécutant les fidèles et le clergé allemands. Bien qu'ayant joui pendant son pontificat et après sa mort d'une grande popularité, il a fait l'objet de critiques posthumes qui vont remettre en question son action pendant le conflit mondial et son attitude à l'égard des juifs.

Articles connexes