Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

Live auction - bry_431490 - LOUIS XII LE PÈRE DU PEUPLE Demi-teston n.d. Tours TTB

LOUIS XII LE PÈRE DU PEUPLE Demi-teston n.d. Tours TTB
Vous devez être connecté et approuvé par cgb.fr pour participer à une "e-auction/live-auction" de cgb.fr, . Les validations de compte sont effectuées dans les 48 heures qui suivent votre enregistrement, n'attendez pas les deux derniers jours avant la clôture d'une vente pour procéder à votre enregistrement.En cliquant sur "MISER", vous acceptez sans réserve les conditions générales des ventes privées des live auctions de cgb.fr. La vente commencera sa clôture à l'heure indiquée sur la fiche descriptive. Veuillez noter que les délais de transmission de votre offre à nos serveurs peuvent varier et qu'il peut en résulter un rejet de votre offre si elle est expédiée dans les toutes dernières secondes de la vente. Les offres doivent être effectuées avec des nombres entiers, vous ne pouvez saisir de , ou de . dans votre offre. Pour toute question cliquez ici pour consulter la FAQ des live auctions.

Les offres gagnantes seront soumises à 12% TTC de frais de participation à la vente.
Estimation : 6 000 €
Prix : 5 200 €
Offre maximum : 7 300 €
Fin de la vente : 13 juin 2017 15:30:42
participants : 4 participants
Type : Demi-teston 
Date : 06/04/1514 
Date : n.d. 
Nom de l'atelier/ville : Tours 
Métal : argent 
Titre en millième : 938  ‰
Diamètre : 23  mm
Axe des coins : 7  h.
Poids : 4,76  g.
Degré de rareté : R3 
Commentaires sur l'état de conservation : Cet exemplaire est frappé sur un flan irrégulier et assez large. Faiblesse de frappe sur la couronne du roi et sur le bas de l’écu au revers. Jolie patine grise de médaillier. Rayure au revers à gauche de l’écu de France 
Référence ouvrage : C.924  - Mar.2110  - L.633  - Dy.661 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : + LVDOVICVS: DEI: G: F: REX: IZ (tour):, (ponctuation par deux annelets superposés) .
Description avers : Buste de Louis XII à droite, couronné et drapé .
Traduction avers : (Louis, par la grâce de Dieu, roi des Francs) .
Titulature revers : + XPS: VINCIT: REGNAT: IPAT (tour):, (ponctuation par deux annelets superposés) .
Description revers : Écu de France couronné dans un simple octolobe .
Traduction revers : (Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande) .
L’une des monnaies les plus rares du règne de Louis XII. Le demi-teston fut frappé dans seulement deux ateliers, Paris et Tours. Celui de Tours est de loin le plus rare. Il existe un exemplaire conservé dans les collections du Cabinet des médailles de la BnF issu du même coin de revers. Un autre exemplaire figurait dans la collection Marchéville (vente Ciani du 21 mai 1928, n° 2110) et est réapparu lors de la vente de collection Barbier (vente Page, 4-6 mai 1936, n° 183. Le coin de droit de cet exemplaire est varié avec deux annelets en fin de légende du droit.

LOUIS XII LE PÈRE DU PEUPLE

(08/04/1498-31/12/1514)

Né à Blois en 1462, Louis XII était le fils de Charles d'Orléans et de Marie de Clèves. Comme duc d'Orléans, il avait dirigé l'opposition aux Beaujeu. À son avènement au trône, Louis XII était âgé de trente-six ans. Il prit pour principal conseiller Georges d'Amboise, archevêque de Rouen, qui, jusqu'à sa mort en 1510, resta à la tête des affaires. Le mariage du roi avec Jeanne de France fut annulé pour non-consommation et Louis se remaria avec Anne de Bretagne, afin de conserver le duché à la monarchie (janvier 1499). La reine eut plus d'influence dans ce second mariage que dans le premier et sut préserver l'autonomie de la Bretagne. Aussitôt roi, Louis XII avait pris le titre de duc de Milan, comme héritier de Valentine Visconti. Il renouvela le traité d'Étaples avec l'Angleterre, reçut l'hommage de Philippe le Beau pour l'Artois et le Charolais (1499) et conclut avec les cantons suisses un traité pour lever des troupes sur le territoire de la Confédération. Le roi s'allia avec Venise contre Ludovic le More. En 1499, le duché de Milan fut envahi par une armée française, placée sous le commandement du milanais Trivulce. D'abord réfugié auprès de Maximilien, Ludovic reprit Milan en 1500. À Novare, en avril, les Suisses trahirent le More, qui fut pris et demeura prisonnier jusqu'à sa mort en 1508. À Milan, un Sénat mi-français, mi-italien fut mis en place. La France aidait César Borgia à se tailler un duché en Romagne, elle s'alliait avec la Pologne, la Bohême et la Hongrie contre les Habsbourg et envoyait une flotte en Orient pour secourir les chevaliers de Rhodes. En 1501, les Français partirent de Milan pour reconquérir le royaume de Naples. Frédéric fut détrôné, mais dès 1502, les hostilités commencèrent contre les Espagnols. Malgré les prouesses des chevaliers français, Naples était perdue dès 1504 (capitulation de Gaète). Isabelle de Castille étant morte en 1504, Philippe le Beau, mari de sa fille Jeanne, prit le titre de roi de Castille. Le royaume de France allait se trouver pris en tenailles entre l'Espagne et les restes de l'État bourguignon. Le roi poursuivait cependant son rêve italien. L'armée française partit de Milan en avril 1509. Elle défit les Vénitiens d'Agnadel sur l'Adda au mois de mai. Jules II se retourna alors contre la France, forma une Sainte Ligue pour la chasser de la Péninsule et fit entrer les Suisses en Italie. La bataille des Français de Gaston de Foix, duc de Nemours, contre les coalisés eut lieu devant Ravenne en avril 1512. Les Français furent vainqueurs mais Gaston resta sur le champ de bataille. Maximilien joignit la Sainte Ligue l'année suivante. Les Suisses mirent Maximilien Sforza sur le trône de Milan. Enfin, à Novare (juin 1513), ils écrasèrent les Français. L'Italie était perdue une seconde fois. Au Nord, Maximilien de Habsbourg et Henri VIII étaient vainqueurs à Guinegatte (août 1513). Les Suisses atteignirent Dijon. Anne de Bretagne morte, François d'Angoulême, héritier du trône, épousa Claude de France, fille de Louis XII. Réconcilié avec Henri VIII, le roi se remaria avec Marie d'Angleterre. Cette seconde union ne fut point féconde et Louis XII mourut trois mois plus tard, laissant le trône à son cousin d'Angoulême. Échec politique, les expéditions italiennes de Charles VIII et de Louis XII mirent cependant la France en contact avec la Renaissance italienne. Pour un siècle, les nouveautés venues de la Péninsule allaient stimuler la Renaissance française.