Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Boutiques monnaies billets de cgb.fr
En stock
Recherche avancée

Lp26 - Le Portrait d'Alexandre le Grand : Histoire d'une découverte pour l'humanité BOPEARACHCHI Osmund, FLANDRIN Philippe

Le Portrait d Alexandre le Grand : Histoire d une découverte pour l humanité  BOPEARACHCHI Osmund, FLANDRIN Philippe
Prix : 18.90 €
Quantité
Ajouter au panier
Ajouter au panier
Auteur : BOPEARACHCHI Osmund, FLANDRIN Philippe 
Editeur : Editions du Rocher 
Caractéristiques : Paris 2005, broché, 15 x 23, 267 pages 
Poids : 500  g.
Commentaire
Article
Le Portrait d'Alexandre le Grand retrace l'histoire d'une fantastique chasse au trésor. De l'Europe au Japon, en passant par les rives de l'Indus, les auteurs sont partis à la recherche du trésor de Mir Zakah, exhumé par des villageois en Afghanistan. A l'été 1992 surgissent d'une source quatre tonnes de monnaies d'or, d'argent et de bronze, des kyrielles de bijoux, de parures, de plaques votives, de pierreries, frappées ou ciselées, datant de l'âge d'or de l'empire achéménide, au Ve siècle avant notre ère, jusqu'au déclin de l'empire kouchan. Chefs de guerre, brigands et trafiquants accaparent ce trésor national et le vendent aux enchères à des collectionneurs multimilliardaires. Quand en 2004 apparaît à Londres, entre les mains d'un homme venu de Peshawar, au Pakistan, une médaille d'or frappée à l'effigie d'Alexandre le Grand, Osmund Bopearachchi réalise l'importance historique de cette pièce exceptionnelle, sans doute le seul portrait du conquérant réalisé de son vivant. En 326 avant notre ère, après avoir conquis l'empire perse, Alexandre franchit l'Indus et vainc la cavalerie des éléphants du roi Porus. C'est le début d'une domination grecque qui durera quatre siècles en Asie Centrale et en Inde. Sur cette médaille de victoire, Alexandre coiffé du scalp de l'éléphant paraît à l'égal de Zeus. Il en offre de rares spécimens à ses généraux. Inconnu du commun des mortels, ce grand cadeau est sorti de l'oubli afin que puisse être écrite l'une des pages les plus glorieuses de l'histoire du monde.
Directeur de recherches au CNRS, professeur à la Sorbonne, le numismate Osmund Bopearachchi est l'auteur d'un monumental Catalogue raisonné des monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques (Bibliothèque nationale de France, 1991). Docteur ès sciences politiques, le journaliste Philippe Flandrin est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l'héritage antique et au pillage du patrimoine mondial, dont Le Trésor perdu des rois d'Afghanistan (éditions du Rocher, 2001). .
L’ouvrage d’Osmund Bopearachchi et de Philippe Flandrin, Le portrait d’Alexandre le Grand, Histoire d’une découverte pour l’Humanité, (Paris 2005, Éditions du Rocher,
269 pages, 8 planches couleur, une carte, prix : 18,90 €) est une véritable enquête
policière. L’ouvrage, facile à lire, ne tombe pas pour autant dans la facilité et le sensationnel. Le livre d’Osmund nous retrace tout simplement l’histoire du plus gros trésor de monnaies antiques découvert aux confins de l’Afghanistan actuel, de la Bactriane antique. Cet ouvrage nous livre de nombreuses informations sur le mythique trésor de Mir Zakah, découvert en 1992 et qui aurait contenu plus de quatre tonnes de matériel antique : monnaies d’or, d’argent et de bronze, bijoux exceptionnels, parures et pierreries, vestiges des empires qui ont régné sur ces régions entre les Achéménides au Ve siècle avant J.-C. jusqu’au crépuscule de l’Empire Kouchan au IIIe siècle de notre ère. L’histoire de ce trésor est une véritable épopée qui a mené notre chercheur et notre journaliste de Londres à Peshawar, de New York à Mir Zakah, de Bâle à Kyoto.
Le résultat de cette enquête palpitante est la découverte d’un pillage sans nom d’un des plus grands trésors de l’Humanité.
Mais derrière l’histoire de ce trésor, le vrai message, c’est le médaillon d’or au type d’Héraklès avec au revers un éléphant et qui aurait été frappé par le conquérant au moment où le macédonien partait à la conquête de l’Inde. La dernière page nous laisse néanmoins sur notre faim car nous avons une impression d’inachevé quand nous refermons ce livre : de savoir que nous ne pourrons jamais reconstituer complètement le fabuleux trésor de Mir Zakah.
BULLETIN NUMISMATIQUE CGB-CGF n°23 - Juillet 2006.
Articles connexes